Toutes Assurances : Les Français sont bien assurés, privilégient le rapport humain et n’envisagent pas d’économiser sur les primes du fait de la crise

Les Français dépensent en moyenne 1 277 euros pour leurs assurances par an mais n’envisagent pas vraiment de faire des économies sur leurs contrats, selon un sondage Ifop* pour MMA dont les résultats ont partiellement été rendus publics mercredi 24 juin.

La crise ne semble pas affecter le budget « assurance » des ménages français. Selon un sondage* Ifop pour MMA, « près d’un Français sur deux ne se déclare pas prêt à faire des économies sur ses assurances » malgré la baisse du pouvoir d’achat et l’incertitude économique qui pèsent en ce moment sur les finances des foyers. La prévoyance (pour 23% des sondés) et l’auto (21%) seraient les premiers postes concernés par une économie

Cependant, ils n’achètent pas non plus aveuglément les produits d’assurance. Malgré un
un rapport très particulier avec l’assurance, près de 75% d’entre eux affirment que « souscrire une assurance ne revient pas à acheter n’importe quel produit », ils sont attentifs au prix (50% de sondés), à la qualité des prestations (48%) et à la réputation des assureurs (37%) ainsi qu’à la relation qu’ils entretiennent avec leurs conseillers (34%).

Ce contact humain est toujours aussi fondamental pour les assurés. « 87% des Français attachent beaucoup d’importance à la possibilité d’entrer en contact avec un conseiller pour souscrire une offre » selon le sondage, que ce soit par téléphone (canal prioritaire pour 53% des sondés) ou par une visite en agence (29%).

Le sondage rappelle en outre qu’en France, chaque foyer possède en moyenne 4,3 contrats d’assurance et 25% en détiennent 6 ou plus pour un coût estimé à 1 277 euros par an, hors assurances vie ou prévoyance. Les contrats les plus souscrits sont l’assurance habitation pour la résidence principale (92%), l’assurance auto (88%), la complémentaire santé (69%) et l’assurance vie (52%).

* Sondage MMA / Ifop réalisé du 9 au 11 juin 2009 selon la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 1013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.