Toutes Assurances : Etes-vous assurés contre les risques liés aux orages ?

Météo France place votre région en vigilance jaune ou orange pour des orages prévus dans la journée ou la nuit. Découvrez à quels phénomènes vous devez vous attendre et quelles garanties couvrent vos biens, contre la grêle, la foudre, le vent ou les inondations.

« Un orage résulte de la grande différence entre la température au sol et celle en altitude. Si la différence est très importante, un cumulonimbus se forme et donne un orage » explique Frédéric Nathan, prévisionniste chez Météo France.

« Le vent est le premier phénomène provoqué par une situation orageuse. A l’avant du nuage, un front se forme et peut provoquer des vents soufflant jusqu’à 140 km/h en rafale » détaille Frédéric Nathan.
Les dégâts causés par le vent sont considérables. Dans certaines situations extrêmes, les orages peuvent créer des pics de vent tels qu’on parle de tornades. Celles-ci sont localisées sous le nuage d’orage et peuvent atteindre des vitesses très élevées. « Le phénomène ne dure que quelques minutes, mais une tornade souffle à près de 200 km/h. Ce fut le cas par exemple en août 2008 à Haumont » rappelle-t-il.

Dans le cas de dégâts causés par le vent, les garanties « tempêtes et évènements climatiques » vous couvrent à la fois pour votre véhicule que pour votre habitation. Il s’agit aussi bien des dégâts causés par le vent (toiture arrachée, cheminées endommagées) que des dégâts causés par des objets transportés par le vent (branches d’arbres, mobilier de jardin).
Vérifiez dans votre contrat les éléments indemnisés et surtout ceux qui ne le sont pas (piscine, clôture, mobilier de jardin).
Les vitres cassées sont couvertes par la garantie « bris de glace ».

Attention, beaucoup de contrats n’indemnisent pas les inondations !

Le second phénomène quasi-inévitable avec un orage est la forte précipitation. Chargé d’humidité, le nuage d’orage est également composé de cristaux de glace et d’eau « surfondue », c’est à dire qu’elle est encore à l’état liquide alors que sa température est inférieure à 0°C.
Animés par les vents, ces différents éléments forment la grêle qui n’a pas le temps de fondre quand elle tombe du nuage.
« Les grêlons peuvent atteindre des tailles très diverses de plusieurs centimètres de diamètre » confirme Frédéric Nathan.

Contre les grêlons, la « garantie grêle » des contrats de dommages aux biens couvrent la plupart des dégâts extérieurs. Par contre, si la grêle a causé un premier trou dans la toiture et que les grêlons ont par la suite endommagés du mobilier à l’intérieur de l’habitation, il se peut que vous ne soyez pas couverts. Il ne vous reste qu’à demander à votre assureur et à bien relire les conditions générales de votre contrat.
La garantie « grêle » est très souvent reprises dans les garanties « tempêtes et autres évènements climatiques », que ce soit pour votre habitation ou pour votre véhicule.

Les précipitations peuvent également prendre la forme de pluies violentes. « Un orage peut générer autant d’eau en quelques minutes sur une commune que ce qu’elle a l’habitude de recevoir en un mois » précise Frédéric Nathan.

La garantie « dommages électriques »

Seulement pour les inondations, il vous reste peu de solution. Votre commune est placée en état de catastrophe naturelle (c’est à elle d’en faire la demande). C’est en effet la seule solution pour être indemnisé (moyennant franchise) des dégâts causés par une inondation. Celles-ci sont toujours exclues des garanties des contrats d’assurances, Il ne faut pas confondre avec le dégâts des eaux, résultant d’un problème d’eau du réseau de distribution et non d’eaux de pluies.

Certains contrats permettent d’être protégés contre les inondations résultant des “eaux de ruissellement”. Dans ce cas, vous pourrez obtenir une indemnisation par exemple si votre sous-sol est inondé et si des biens en ont souffert. Attention toutefois, les assureurs se prémunissent contre des problèmes récurrents que vous n’auriez pas règlé en n’indemnisant qu’un nombre limité (à 2 très souvent) de sinistres de ce type, estimant que vous n’avez pas fait le nécessaire, après la première inondation, pour vous protéger.

Enfin, le dernier phénomène important, et très connu, est évidemment la foudre. « Un cumulonimbus fonctionne comme un immense condensateur. Les effets des vents à l’intérieur du nuage font s’entrechoquer les particules d’eau et les cristaux de glaces qui se chargent positivement ou négativement en électricité » ajoute Frédéric Nathan.
Le nuage ainsi chargé en électricité est lui aussi parcouru de décharges électriques. La manifestation visuelle est l’éclair, la manifestation sonore, le tonnerre.

Lorsque la foudre tombe à un endroit, elle peut provoquer des dégâts ou déclencher un incendie. Les véhicules sont rarement abîmés directement par la foudre mais peuvent l’être par l’incendie qui en découle. Les dégâts occasionnés sont donc couverts par la garantie « incendie » ou par une garantie « explosion » dans laquelle l’action de la foudre est assimilée. Si celle-ci tombe sur une antenne et perce la toiture, l’habitation est assurée. Ce type de garantie se retrouve dans la quasi-totalité des contrats multirisques habitation dès les premiers niveaux d’assurances. Elle peut parfois être en option.

Mais si la foudre tombe sur un réseau électrique il se peut qu’elle endommage des appareils électriques, électroniques ou informatiques. On parle de « dommages électriques ». Souvent, cette garantie est présente chez les assureurs mais n’est pas incluse dans les premiers contrats, aux niveaux de garanties moins élevées. Elle peut par contre être souscrite en option. Attention à la vétusté des biens concernés. Certains assureurs n’hésiteront pas à retenir une part plus ou moins importante de la valeur en fonction de l’âge de l’appareil.

Dans tous les cas, les garanties « incendies », « tempêtes et autres évènements climatiques » et « dommages électriques » sont soumises à des franchises.

Comments are closed.