Tiers-payant : les professionnels de santé en attente de simplification

La généralisation de la pratique du tiers-payant a été arrêtée par le gouvernement, mais elle va tout de même continuer à se développer. Soutenue par les assurés et les assureurs, elle permet une meilleure gestion des coûts.

Que ce soit pour les assurés ou pour les organismes de santé, la dispense d’avance de frais est une demande importante. Pratiquer le tiers-payant a plusieurs avantages également pour l’assureur, notamment celui de l’entière dématérialisation des factures. La gestion d’une facture dématérialisée est 7 fois moins coûteuse que celle d’une facture papier. Le tiers-payant s’inscrit donc dans une démarche de réduction des frais de gestion des organismes complémentaires.

Faciliter la gestion de travail des professionnels de santé

 L’opposition des médecins libéraux à la pratique du tiers-payant a provoqué un coup d’arrêt. En effet, ils pointent du doigt la lourdeur des charges administratives, des problèmes liés aux remboursements et aux avances de trésorerie.

Mais l’Etat et les organismes complémentaires ne reculent pas face à cette réticence et croient toujours à l’étendue de la dispense d’avance de frais amenant à une optimisation de la gestion des coûts.

Pour faire face à toutes ces oppositions, les acteurs du tiers-payant doivent proposer de nouveaux services. Simplifier et fiabiliser les échanges d’information est une des priorités. Pour ce faire, l’annuaire inter-AMC disponible en ligne permet au professionnel de santé de connaître en temps réel les droits des assurés, ainsi que l’ensemble des informations nécessaires pour effectuer la télétransmission d’une facture et/ou d’un devis.

Faciliter la pratique du tiers-payant pour les professionnels de santé

A l’heure actuelle, le système de contrôle des droits en temps réel est accessible à certaines spécialités. Mais, le système va être proposé également à d’autres établissements de santé.

Pour que les acteurs concernés acceptent d’intégrer ce système il faut qu’il soit perçu comme simple et qu’il puisse faciliter toute la gestion.

Pour que les systèmes de contrôle de droits en ligne soient automatisés, il faut respecter et appliquer certaines normes comme Visiodroits, IBD/ROC et IDB/TPG. La mise en place de ces normes requiert cependant une charge plus ou moins lourde pour les assureurs. Avoir recours à un opérateur du tiers-payant peut ici être très avantageux pour se décharger de toute difficulté liée à l’application des normes qui sont parfois techniques.

Il est important que la pratique du tiers-payant côté technique soit confiée à des experts, éditeurs de logiciels, ou opérateurs du tiers-payant, pour que les professionnels de santé trouvent cette solution simple et efficace. Ce principe est à prendre réellement en considération pour que les professionnels de santé puissent facilement contrôler les droits en temps réel sans contrainte financière ou technique. Les services électroniques entrent également en jeu ici : la carte de tiers-payant sur smartphone qui indique les droits en temps réel représente pour les acteurs de santé un vrai avantage en termes de simplification.

Faciliter l’extension du tiers-payant sur une large couverture territoriale

L’objectif est d’étendre la pratique du tiers-payant sur tout le territoire. Plusieurs mutuelles de santé régionales peuvent toutefois percevoir des difficultés si leur couverture territoriale n’est pas assez étendue. Certaines pharmacies peuvent s’opposent à la pratique du tiers-payant seulement parce que l’assureur leur est étranger. C’est pourquoi, confier ce processus un spécialiste reconnu dans le domaine est une garantie de réussite.

Pour davantage d’informations sur le sujet, toute l’équipe de Cegedim Insurance Solutions se tient à votre disposition.