Tiers-payant généralisé : ce que proposent les complémentaires

Le 14 octobre dernier Marisol Touraine présentait son projet de loi santé avec comme mesure phare, le tiers-payant généralisé. Si assureurs, institutions de prévoyance et mutuelles accueillent favorablement le principe, ils tiennent à être impliqués au premier rang dans sa mise en place.

Depuis plusieurs mois, le CTip, la FFSA et la FNMF travaillent à l’instauration d’un système de tiers payant généralisé inscrit dans le projet de loi santé de Marisol Touraine. Rapidement tous ont martelé l’idée qu’ils ne paieraient pas à l’aveugle, souhaitant s’impliquer dans la mise en place du dispositif et ne pas laisser la main à la seule Assurance maladie.

Ils ont donc créé plusieurs outils. Les attestations de tiers-payant seront tout d’abord harmonisées pour faciliter leur traitement, mais aussi pour alimenter l’annuaire inter-AMC qui permet de vérifier les droits du patient.

Pleinement effectif en 2017

Suivront la mise en place de plusieurs service en ligne pour automatiser les recherches et ainsi libérer les personnels soignants des contraintes administratives pour se concentrer sur l’aspect médical. A noter que la généralisation du tiers-payant devrait permettre au patient de mieux appréhender les dépassements d’honoraires en fonction du reste à charge qu’il devra régler à la fin de sa consultation.

Le calendrier établi par la ministre de la santé prévoit l’instauration du tiers-payant généralisé au 1er juillet 2015 pour les bénéficiaires de l’ACS. Elle devrait être complètement effective en 2017 pour la médecine de ville.