Standard and Poor’s : La saison des ouragans pourrait fragiliser certains réassureurs

La saison des ouragans aux Etats-Unis (juin à septembre), que les prévisions annoncent très active, pourrait fragiliser certains réassureurs déjà touchés par plusieurs événements en 2010, selon une étude publiée mardi par l’agence de notation Standard and Poor’s (S&P).

L’agence se base sur les prévisions publiées par quatre instituts de référence, qui tablent sur l’activité la plus soutenue depuis 2005, année historique marquée par le passage de Katrina, Rita et Wilma.

« Si les grands réassureurs mondiaux ont abordé 2010 avec des niveaux de fonds propres renforcés par des bénéfices solides en 2009 et le redressement de leur portefeuille d’investissement, ils ont été touchés par des pertes liées à des catastrophes naturelles durant les cinq premiers mois de 2010 », explique S&P.

L’agence cite notamment la tempête Xynthia (Europe de l’ouest), le tremblement de terre au Chili, les orages de grêle en Australie et la destruction de la plateforme de forage dans le golfe du Mexique.

Ces sinistres pourraient coûter entre 15 et 20Mds de dollars aux assureurs et aux réassureurs, selon S&P. L’agence souligne le bas niveau des cours des actions des principaux réassureurs et prévoit qu’en cas de catastrophe naturelle majeure, certains d’entre eux pourraient connaître des difficultés pour lever des fonds.

« Contrairement à 2005 (…) il pourrait ne pas y avoir assez de capital disponible cette fois », redoute S&P. Les auteurs de l’étude n’émettent pas ces craintes au sujet des assureurs, qui ont profité de tarifs intéressants pour se réassurer ainsi que de conditions de marché favorables pour émettre des obligations dites « catastrophe », qui transfèrent le risque aux investisseurs. Ils ont ainsi limité leur exposition et seraient moins fragilisés par un événement majeur.

Paris, 1 juin 2010 (AFP)