Séisme / Japon : L’exposition des réassueurs européens varierait entre 1 et 2 milliards de dollars

Le coût lié au séisme survenu vendredi au Japon devrait se situer entre 1 et 2Mds de dollars pour les réassureurs européens, a estimé le courtier JPMorgan Cazenove, qualifiant la facture de « gérable » mais aussi l’estimation de « très préliminaire ».

Un séisme de magnitude 8,9, le plus fort jamais enregistré au Japon, a frappé vendredi le nord-est de l’archipel, déclenchant un tsunami de plusieurs mètres de haut sur les côtes Pacifique, dont un bilan provisoire de la police nationale fait état de soixante morts et 56 disparus. Pour JPMorgan Cazenove, le coût « ne devrait pas être élevé, certainement pas au même niveau que (celui du séisme de) Christchurch (Nouvelle-Zélande) », dans la mesure ou l’épicentre du séisme se situait au large des côtes japonaises, à 250 km environ de Tokyo et en profondeur.

Le coût pour les assureurs du séisme qui a frappé, fin février, la deuxième ville de Nouvelle-Zélande, Christchurch, pourrait être compris entre 5 et 11,5Mds de dollars néo-zélandais (entre 2,73 et 6,3Mds d’euros), selon une estimation de AIR Worldwide, société d’évaluation des dommages financiers pour les assureurs après une catastrophe.

JPMorgan Cazenove rappelle que l’Etat japonais réassure le commerce de détail. Il estime que les dommages occasionnés à des immeubles commerciaux semblent a priori « limités » et que le tsunami aura surtout touché des véhicules et des navires. Le séisme ayant eu lieu au large des côtes, « les pertes seront vraisemblablement dues aux effets du tsunami ». Pour le courtier, cela « rend le premier trimestre un peu plus mauvais (pour les réassureurs), rien de plus ».

Paris, 11 mars 2011 (AFP)