Sécheresse / Céréales : Un bilan « pas catastrophique » pour les portefeuilles selon Groupama

Les céréaliers s’attendaient à une catastrophe après des semaines de sécheresse, mais les récoltes ont bénéficié du retour de la pluie et le tableau s’annonce moins noir qu’envisagé en mai, a indiqué lundi à l’AFP Stéphane Gin, directeur Assurance agricole de l’assureur Groupama.

« Le tableau est, pour les céréales à paille, beaucoup moins noir que celui qu’on aurait pu imaginer au mois de mai », a déclaré le responsable de Groupama, premier assureur de l’agriculture française. Toutefois, « les sinistres sont importants, il reste des régions confrontées à une réalité de sinistres », a-t-il ajouté. « Pour les orges, les rendements sont à la baisse de façon significative, avec des pertes de 20% à 30% en moyenne ».

Malgré la sécheresse de ce printemps, les grandes cultures, à l’exception de l’orge, devraient atteindre des rendements meilleurs que prévu. « Il y a eu pas mal de récupérations après le mois de mai » grâce à la pluie qui a toutefois provoqué des retards de moisson, notamment pour le blé, a indiqué M. Gin.

La production de blé en baisse de 10%

La production de blé –la France est numéro un européen– connaît « une baisse des rendements de l’ordre de 10% », a-t-il estimé. Elle devrait dépasser les 32 millions de tonnes, soit bien plus que la récolte de 2003, année de la canicule (à peine plus de 29 millions de tonnes), a annoncé récemment FranceAgrimer. Selon l’assureur, s’il y a eu « moins d’épis au mètre carré, cela a été compensé par (…) des grains formés qui se sont bien remplis et la quantité en hausse des épillets ».

« Une charge de sinistre importante »

Groupama revendique entre 90 et 95% des contrats du segment de l’assurance multirisques climatiques sur récoltes, soit plus de 61.000 polices.  Selon M. Gin, une police sur deux (26.000 déclarations enregistrées jusqu’à présent) fait cette année l’objet d’une déclaration de sinistre du fait de la sécheresse, « alors que normalement c’est une sur trois ».

Ces déclarations « vont donner droit pour la majorité d’entre elles à des indemnités », a-t-il souligné. « Actuellement, la vision n’est pas catastrophique pour l’équilibre de nos portefeuilles même si une charge sinistres importante pèsera » sur le groupe qui avait néanmoins anticipé la tendance avec ses modélisations, a estimé l’assureur.

(Avec AFP)