Scor affiche un bénéfice net plus que doublé au 3ème trimestre

Le réassureur français Scor a réalisé au troisième trimestre un bénéfice net plus que doublé (+147%) à 94 millions d’euros, porté par une activité soutenue en réassurance vie et des produits financiers plus conséquents, selon un communiqué publié mercredi.

Sur un an, les primes brutes émises (chiffre d’affaires) ont progressé de 15% en réassurance vie, à 798 millions d’euros, pour atteindre quasiment le même niveau que les revenus de l’activité non-vie. Une progression constatée sur les neuf premiers mois de l’année (+20%), qui s’explique par la conclusion de nouveaux contrats en Europe et au Moyen-Orient, l’acquisition de Prévoyance Ré en 2008 et le pic d’activité aux Etats-Unis sur les produits de rentes indexées sur les actions.

Le groupe se dit “confiant” pour les renouvellements de 2010, estimant que la demande en réassurance “devrait rester élevée face à une offre de réassurance relativement stable”. “Les conditions sont là pour que 2010 connaisse des développements positifs”, a commenté le PDG Denis Kessler lors d’une conférence téléphonique, rappelant que Scor entend se concentrer, à moyen terme, sur la croissance organique, après une vague d’acquisitions ces dernières années.

En réassurance non-vie, les primes brutes émises sont en baisse de 6% à 831 millions d’euros. Malgré l’absence d’événement majeur, quelques sinistres “importants” au troisième trimestre, liés notamment à des orages de grêle en Autriche et en Suisse (coût estimé à 16 millions d’euros), ont empêché le ratio combiné (prestations versées et frais de gestion rapportés aux primes collectées) de s’améliorer nettement. Il passe de 97,5% à 97,4%.

Au total, les primes brutes émises sont en hausse de 3% à 1,629 milliard d’euros. Quant aux produits financiers, ils affichent une hausse de 81% à 176 millions, grâce à une “gestion active” du portefeuille de placements et à l’investissement de liquidités dans des obligations d’Etat et de sociétés.

Le rendement des investissements a atteint 3,5% au troisième trimestre contre 3,0% au deuxième trimestre.

Faisant le pari d’un retour de l’inflation à moyen terme, Scor a déjà commencé à orienter une partie de ses placements vers des obligations indexées sur l’inflation, avec un portefeuille actuel de 687 millions d’euros.

En hausse de près de 10% depuis la fin 2008, les capitaux propres atteignent 3,8 milliards d’euros.

Déjà en fort recul au deuxième trimestre, les provisions pour dépréciations se limitent à 13 millions d’euros sur la période.

Paris, 4 nov 2009 (AFP)