Santé : Une clinique de la Mutualité française classée établissement de santé le plus dépensier par le Point

43% des 603 hôpitaux présentent un déficit, pour un total de 637M d’euros, révèle une enquête du Point. L’hebdomadaire publie les classements des hôpitaux aux plus grosses charges administratives et la liste des blocs opératoires ayant la plus faible productivité.

La situation financière de l’hospitalisation publique est « désastreuse », selon une enquête du Point publiée jeudi. Et les différentes politiques mises en place pour y remédier n’ont visiblement pas suffit. Avec une dette de 23,6Mds d’euros pour les 1.266 établissements de soins de court séjour, 43% des 603 hôpitaux présentent un déficit, pour un total de 637M d’euros selon le Point.

L’hebdomadaire publie un classement des établissements de santé après avoir eu accès à la base de données HospiDiag de l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP). Un outil destiné à aider les établissements de santé à maîtriser leurs dépenses tout en améliorant leur service rendu aux patients, mis en place dans le cadre de la loi HPST.

La clinique Bonneveine de Marseille consacre 75% de ses dépenses au personnel

Le personnel soignant est le poste le plus important des dépenses, mais certains explosent littéralement le budget. Parmi les établissements les plus dépensiers, la clinique Bonneveine de Marseille (Bouches-du-Rhône) arrive en tête de ce triste classement. Alors que cette charge pèse d’ordinaire pour 36 à 47% des recettes, l’établissement de la Mutualité française affiche un ratio de 75,1%, devant le centre hospitalier de Freyming-Merlebach (Moselle) avec 68,8% et celui de Figeac (Lot) avec 67,7%. Problème de gestion pour les salariés, conséquence de la réforme de 2007 pour la direction, la clinique de Marseille est menacée de fermeture.

Les hôpitaux ayant les plus lourdes dépenses administratives sont, toujours selon l’hebdomadaire, le groupe hospitalier Sud-Ardennes Rethel-Vouziers (38,1% des frais généraux) devant le centre hospitalier de Nanterre (Hauts-de-Seine) avec 37,5% et celui de Bayeux (Calvados) avec 36%.

Côté productivité, le Point publie aussi une carte de France des blocs opératoires sous-utilisés sur la base de l’indice de coût relatif (ICR), qui indique la mobilisation de ressources humaines et matérielles nécessaires à la réalisation de chaque acte. Sur l’ensemble du territoire, ces blocs se situent de Cambrai (Nord) à Saint-Affrique (Aveyron), de Lisieux (Calvados) à Brignoles (Var), et en région avec une vingtaine de blocs sous-utilisés, dont ceux de l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), de Neuilly-Courbevoie (Hauts-de-Seine) ou le centre hospitalier des courses de Maisons-Laffitte (Yvelines).