Santé : Les dépenses de soins en hausse en 2015

INFOGRAPHIE – En 2015, les dépenses de soins ont augmenté en France selon les chiffres publiés par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Mais moins vite que les années précédentes. Le reste à charge des ménages a quant à lui baissé.

En 2015, la Consommation de soins et de biens médicaux en France (CSBM) s’est établie à 194,6Mds d’euros, contre 191,2Mds d’euros en 2014, soit une hausse de 1,8%. La croissance de la CSBM se ralentit donc après avoir grimpé de 2,7% entre 2013 et 2015. La Dress explique ce ralentisssement par « la modération des volumes consommés (+2,5 % en 2015) et de la baisse des prix de ces biens et services de santé (-0,7 % en 2015), qui tend à s’accentuer ces dernières années à la suite du renforcement de la maîtrise de la dépense ».

Sur ces 194,6Mds d’euros de dépenses, un peu plus des trois quarts ont été pris en charge par l’Assurance maladie. La prise en charge des complémentaires se contracte légèrement (de 13,4% en 2014 à 13,3% en 2015) tout comme le reste à charge des ménages (de 8,6% en 2014 à 8,4% en 2015).

Cette baisse du reste à charge des ménages apporte de l’eau au moulin de Marisol Touraine. Cet été, elle avait répondu à un article du Figaro qui pointait les hausses de reste à charge des ménages depuis la mise en place des nouveaux contrats responsables et du plafonnement des remboursements des complémentaires santé.

Mais si le chiffre global du reste à charge abonde en effet dans le sens de la ministre de la Santé, la réalité est toute autre comme le précise la Drees dans son rapport. « La hausse de la part de la Sécurité sociale et la baisse du reste à charge des ménages proviennent, d’une part, de phénomènes de fond liés notamment au vieillissement de la population, tels que la progression des effectifs de personnes en affection de longue durée (ALD), la déformation de la consommation de soins vers les soins les mieux remboursés…, d’autre part, des effets des différentes mesures législatives portant sur l’assurance maladie (mesures de régulation, remboursement de nouveaux actes et traitements innovants…) ».

Autrement dit, le poids grandissant des ALD, dont les traitements sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie tronque la réalité du reste à charge des ménages. Dans une étude publiée en 2015 sur les dépenses de santé, la Mutualité française, soulignait ainsi qu’en 2012, le taux de remboursement de l’Assurance maladie pour les patients non-ALD s’établissait à 61,3% pour l’ensemble des soins. Il descendait à 51% pour les soins courants et grimpait à 88,1% pour les soins hospitaliers. En 2012, 9,5 millions de personnes du régime général bénéficiaient du dispositif des ALD. En 2014, dernier bilan disponible, elles étaient 9,9 millions.

Dans une étude publiée en avril 2015, la Direction générale du Trésor estimait le poids des remboursements des ALD, pour l’année 2011, à 12,5Mds d’euros imputables à la CSBM, pour 9,2 millions de personnes.