Santé : Istya présente son réseau conventionné d’audioprothésistes baptisé Audistya

Pour fidéliser ses adhérents, maîtriser les restes à charges des ménages et encadrer les dépenses de santé, le groupement mutualiste Istya vient de présenter son réseau d’audioprothésistes, Audistya, qui sera lancé le 1er janvier 2013.

Istya (groupement de mutuelles) a présenté, ce mercredi 24 octobre, son nouveau réseau de soins conventionné d’audioprothésistes partenaires, Audistya. Un réseau qui vient s’ajouter à celui de l’optique, créé en 2008 et rebaptisé Optistya. Audistya sera ouvert le 1er janvier 2013 et un appel à candidatures est ouvert depuis le 23 octobre aux audioprothésistes, et ce jusqu’au 26 novembre, sur le site audioprothesistes.mgen.fr.

« L’objectif de ces réseaux est de faciliter l’accès aux soins des adhérents et de créer un lien de proximité avec eux. Avec Audistya et Optistya nous proposons à nos adhérents d’avoir accès à une qualité professionnelle et ces réseaux nous permettent aussi de maitriser les restes à charge. Nous voulons être en phase avec nos adhérents qui attendent de nous que nous les accompagnions au mieux. Ces réseaux nous servent aussi à fidéliser nos adhérents », précise Christophe Lafond, délégué national du groupe MGEN  en charge de la politique de santé.

Dans l’attente d’une loi autorisant les réseaux de soins des mutuelles

Istya attend beaucoup de son nouveau réseau d’audioprothésistes et souhaite en faire un vrai succès comme Optistya, lancé il y a quatre ans. « Optistya a une population mutualiste fréquente de 3 millions à 3,5 millions de personnes (soit le nombre d’adhérents de la MGEN)», commente M. Lafond. Audistya sera ouvert aux adhérents du groupe MGEN, de la MGET, de la MCDef et de la MAEE. Les adhérents de la MGEFI et de la MCF1 bénéficieront également du réseau sous réserve d’approbation par leur assemblées générales respectives courant 2013.

Un lancement qui permet de rebondir sur le projet de loi du groupe PS, déposé récemment à l’Assemblée nationale, qui vise à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins agrées. Christophe Lafond avoue être content : « le président de la République va tenir ses promesses de campagne, et si cette loi passe dans les mois à venir, cela nous ira très bien. C’est une question d’équité. Aujourd’hui, le Code de la Mutualité, qui a besoin d’être révisé, nous met dans une incapacité de faire ce que certains font dans la plus grande simplicité (voir notre article)