Santé au travail : Adéis constate, Apicil sort un produit

Adéis et Apicil se penchent sur la santé au travail, chacun avec son approche et ses solutions.

La prévention santé en entreprise était le thème de la 3e journée Adéis qui s’est tenue jeudi 20 novembre. L’occasion pour le groupement paritaire de présenter son baromètre sur la question quelques jours après que Apicil, l’un des fondateurs d’Adéis, a sorti son produit “Ambition santé“.

Dans le baromètre Adéis, il ressort que les Français sont pour 71% d’entre eux satisfaits de leur situation professionnelle. Pour autant, ils sont 39% à considérer leur activité comme éprouvante et 26% estiment que leur santé s’est dégradée au cours de ces dernières années.

Parmi les facteurs de risque mis en avant par le baromètre, l’augmentation de la charge de travail, est ressentie par 52% des répondants. A noter que dans les grandes entreprises, l’ambiance au travail est en outre plus facilement qualifiée de “malveillante” et “agressive” participant à une forme de pression psychologique chez ces salariés en particulier.

La qualité de vie au travail est par conséquent devenue centrale aussi bien pour les branches professionnelles que les groupes paritaires qui assurent la couverture et la prévoyance de ces dernières. L’accord national interprofessionnel de juin 2013 l’évoque d’ailleurs dans son texte. “La qualité de vie au travail peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement (…). Les branches professionnelles remplissent un rôle majeur de négociation, d’information, d’incitation et d’appui.

Un double enjeu pour le secteur

Pour le secteur de l’assurance elle revêt un double enjeu. En premier lieu, celui de la prévention. Une bonne qualité de vie au travail permettrait de réduire le taux d’absentéisme qui a concerné 35% des répondants au baromètre Adéis au cours des 12 derniers mois. Un sujet sur lequel les assureurs peuvent être amenés à intervenir à travers des garanties maintien de salaires, ou maintien d’activité.

Apicil vient d’ailleurs d’étendre son offre “Ambition santé” à toutes les entreprises quelle que soit leur taille. En test auprès de 5 sociétés jusque-là, le programme tourne autour de trois axes : évaluer l’état de santé de l’entreprise, prévenir les risques et mener des actions correctives, permettre aux entreprises de répondre à leurs obligations légales sur la santé des collaborateurs. Apicil prévoit “qu’au bout de trois ans, Ambition Santé contribuera à maîtriser les coûts et l’équilibre technique des contrats Santé et Prévoyance.”

Le second enjeu pour le secteur de l’assurance revêt un caractère commercial. L’Ani prévoit un panier de soins. Il sera dès lors difficile de se démarquer sur le contenu des garanties des contrats collectifs puisque ces dernières sont encadrées. D’autant que selon un sondage Maaf, plus de la moitié des chefs d’entreprise privilégierait un contrat de base. Reste alors à miser sur les services annexes comme les programmes de prévention santé au travail.