Santé / Prévoyance : Les assureurs à la conquête des agents territoriaux

C’est la course à la conquête des agents territoriaux. Depuis que le décret encadrant l’aide à la complémentaire des agents de la fonction publique territoriale a été mis en place le 1er septembre 2012, les organismes d’assurance se ruent sur ce marché.

Depuis trois mois, les organismes d’assurance sont sur le qui-vive pour conquérir le marché des agents territoriaux. En effet, depuis la rentrée le décret N°2011-1474 du 8 novembre 2011 a été mis en place. Ce décret encadre la loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007 qui précise dans quelles conditions les employeurs publics territoriaux peuvent aider leurs agents à acquérir une protection sociale complémentaire.

Ce décret définit deux voies obligatoires pour mettre en place cette aide à la complémentaire : la labellisation et la convention de participation. Dans un contexte économique tendu et une conjoncture de portefeuilles volatiles, il n’est pas toujours facile de pouvoir faire migrer de nouveaux clients dans son organisme de complémentaire. L’accès à un nouveau marché est donc une aubaine pour des assureurs à la recherche de nouvelles rentrées de primes. Et ce marché peut être conséquent, car en ce qui concerne les agents territoriaux, seulement 35% sont couverts en prévoyance, d’où un potentiel d’adhérents assez fort.

Laurent Michel, porte parole de Pascal Beaubat, président de la mutuelle Intériale, s’est exprimé lors du Salon des Maires, sur la mise en place de ce dispositif. « Nous avons constaté depuis trois mois qu’encore beaucoup de collectivités locales ne sont pas sensibilisées à ce dispositif. Les centres de gestion, eux, ce sont fortement mobilisés car sur les 17 nouveaux organismes avec qui nous travaillons depuis la mise en place du décret, plus de la moitié sont des centres de gestion. L’application de ce décret, nous offre un gros potentiel de migration ou de conquête d’adhérents. Nous avons déjà remporté beaucoup de conventions de participation. Elles représentent pour nous un potentiel de 200.000 adhérents ».

Le début d’une bataille concurrentielle

Néanmoins, il ne faut pas négliger l’article 3 de ce décret qui stipule que « l’adhésion à une protection sociale complémentaire est facultative pour les agents actifs et les retraités ».

Pour étoffer son portefeuille donc tous les moyens sont bons. « Nous mettons en place des partenariats avec les élus locaux et avec des associations de DRH. De plus, nous sommes dotés d’un réseau de 1.700 bénévoles, des adhérents d’Intériale qui donnent de leur temps libre à leur mutuelle pour la promouvoir. Ils ont un vrai rôle de lobbying car ils nous permettent d’avoir une influence plus forte sur certaines collectivité » commente Laurent Michel.

Ainsi, beaucoup d’organismes se sont mis sur le créneau. La semaine dernière, Harmonie Mutuelle prévenait par communiqué que les cinq mutuelles qui la compose (Prévadiès, Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence, Santévie et Sphéria Val de France) avaient créé une offre labellisée pour les agents des collectivités locales baptisée Harmonie Santé Collectivités et commercialisée au 1er janvier 2013.

Ainsi, la MNT annonçait tellement fièrement le 20 septembre dernier, qu’elle avait été choisie par le centre de gestion de Meurthe et Moselle pour signer une convention de participation des collectivités locales au financement de la prévoyance. « Cette convention permettra de proposer une couverture prévoyance aux agents de près de 500 collectivités locales du département », annonçait un communiqué.

La bataille pour conquérir le marché des agents territoriaux et donc loin d’être terminée.

La liste des organismes labellisés sont sur le site de la DGCL.