ROC et tiers-payant dans les hôpitaux, c’est parti !

Le projet ROC et la mise en œuvre du tiers-payant à l’hôpital va avoir de vraies retombées positives pour les organismes de santé et pour les assurés.

Aujourd’hui, la dématérialisation révolutionne tous les modes de fonctionnement des assureurs complémentaires et des assurés. En effet, le projet ROC (Remboursement des Organismes Complémentaires) vise à supprimer toutes les anciennes méthodes utilisées dans les hôpitaux comme les factures papier et les fax. C’est une avancée de taille puisque chaque année, 3,5 millions de factures émanent des hôpitaux. Etabli par les pouvoirs publics, le projet ROC vise à dématérialiser le tiers-payant, et permettre en temps réel, de connaître le reste à charge de l’assuré ainsi que ses droits au tiers-payant. Ce projet représente donc un tournant important pour les hôpitaux puisqu’il a pour objectif d’améliorer la gestion des données et ainsi mieux gérer l’ensemble des dépenses santé, représentant un montant important.

Projet ROC : une garantie de paiement des factures pour l’hôpital

Tout d’abord, le projet ROC va concerner les établissements privés à but non lucratif (PNL) et l’hospitalisation public. Ce projet simplifie les processus au niveau de la gestion des données, des flux, des coûts et des délais de règlement. Il engendre donc de nombreuses retombées positives. Cette incitation au tiers-payant va garantir le règlement des dépenses aux établissements.

Le projet implique également d’autres acteurs tout en leur faisant bénéficier de plusieurs avantages. Pour les organismes complémentaires (AMC), les coûts de gestion seront davantage maîtrisés et réduits, et les données surla connaissance d’une hospitalisation sont essentielles pour offrir de nouveaux services aux assurés. Les complémentaires santé font parfois l’objet de procédures ODT (Opposition à Tiers Détenteur) à cause des difficultés sur l’identification des bénéficiaires sur les factures par rapport aux prises en charges émises par l’établissements. . Dorenavant, grâce aux échanges en temps réel et à la dématérialisation tout le long de l’hospitalisation, ce cas de figure ne sera plus une charge. Pour l’assuré, l’information sur son reste à charge sera optimisée et le processus de recouvrement de la part « assuré » à la sortie de l’hôpital sera davantage simplifié etsécurisé.

Le reste à charge en temps réel grâce au projet ROC et au tiers-payant

Le projet ROC a pour objectif d’intégrer la dématérialisation des échanges en temps réel au centre de ses préoccupations.. Plusieurs opérateurs du tiers-payant ont déjà mis en place des processus permettant aux hôpitaux de s’affranchir de la demande de prise en charge de l’assuré sous format papier. Et c’est ce genre de nouvelle pratique qui va désormais être de plus en plus mise en avant dans les hôpitaux grâce au projet ROC.

Les assureurs se verront donc dans l’obligation de répondre à toutes ces demandes de prise en charge de façon entièrement dématérialisée et en temps réel. Les acteurs complémentaires qui décident de ne pas confier cette mission à un spécialiste devront alors être en capacité d’être disponibles en continu pour traiter toutes les données reçues.

Externaliser cette mission à des spécialistes permet aux acteurs de se décharger de cette difficulté. Le fait de confier cette responsabilité va éviter aux mutuelles ou assureurs complémentaires de se soucier des différentes évolutions des normes à implementer , et d’une manière plus globale de l’évolution du projet ROC qui n’a pas encore un acheminement détaillé quant à son déploiement au fil du temps. Passer par un intermédiaire impliqué dès à présent dans des échanges dématerialisés avec les hopitaux permet de beneficier de nouveaux services et d’alléger les investissements financiers et techniquesà réaliser..

Cegedim Insurance Solutions se tient à votre disposition pour toute question ou demande à ce sujet.