Résultats premier semestre 2011 : AXA Winterthur a augmenté son volume d’affaires de 6,7%

Au cours des six premiers mois de l’année 2011, AXA Winterthur a augmenté son volume d’affaires de 6,7%, à 8,830 milliards de francs. Le secteur des assurances-vie a progressé de 10,0%, tandis que les primes dans les affaires de dommages se sont accrues de 0,6%. Le bénéfice opérationnel a légèrement reculé par rapport à la même période de l’année précédente, passant de 427 à 424 millions de francs. AXA Winterthur se montre optimiste sur les perspectives au second semestre, mais estime que la faiblesse des taux d’intérêt apportera son lot de défis, notamment dans les affaires traditionnelles d’assurance-vie et de rente.

AXA Winterthur a enregistré un excellent premier semestre 2011, avec une forte progression du volume d’affaires et des nouvelles affaires. Sur les six premiers mois de l’année en cours, le volume d’affaires a atteint 8,830 milliards de francs, soit une hausse de 6,7% par rapport à la même période de l’année précédente. Les deux secteurs Vie collective et Vie individuelle ont contribué à ce résultat en enregistrant respectivement une augmentation du volume des primes de 11,2% à 5,273 milliards de francs et de 1,0% à 624 millions de francs. Le volume dans l’assurance de dommages a également augmenté de 0,6% pour s’établir à 2,933 milliards de francs. Au cours des six premiers mois de 2011, les nouvelles affaires ont sensiblement progressé par rapport à la même période de l’année précédente, aussi bien dans l’assurance de dommages (+ 45% nets de nouveaux contrats dans le segment de clientèle Particuliers) que dans les secteurs Vie collective (APE + 44,6%) et Vie individuelle (APE + 8,7%).

L’assurance complète a le vent en poupe

Au premier semestre 2011, les nouvelles affaires (APE) en Vie collective ont atteint 292 millions de francs, soit une augmentation de 44,6% par rapport à l’année précédente. Philippe Egger, CEO d’AXA Winterthur: «Cette croissance est due à la forte demande de solutions d’assurance complète.» Les garanties liées à ces produits sont un élément déterminant pour de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME), surtout dans une période économique incertaine. «En tant que premier prestataire suisse de solutions d’assurance complète, nous avons une grande responsabilité économique et nous continuerons de l’assumer à l’avenir également», souligne Philippe Egger. Cela suppose toutefois que les fonds propres mobilisés pour ces affaires soient rémunérés de manière appropriée. Philippe Egger souscrit à la volonté politique de réduire les coûts administratifs et d’accroître la transparence dans l’assurance complète: «Nous avons déjà les coûts les plus bas parmi les assureurs privés et nous continuerons de les réduire à l’avenir.» En outre, dans le secteur de l’assurance, il convient de restaurer la confiance en partie perdue des clients en introduisant une plus grande transparence, par exemple en simplifiant la présentation des prestations assurées.

«Protect Plan», produit phare en Vie individuelle

Par rapport au 1er semestre 2010, les nouvelles affaires (APE) en Vie individuelle ont augmenté de 8,7% durant les six premiers mois de l’année en cours pour s’établir à 60 millions de francs. Cette hausse repose sur une tendance similaire à celle observée en Vie collective. Pour les particuliers également, la sécurité des placements constitue la première priorité, devant la flexibilité et la participation à l’évolution positive des marchés d’actions. Philippe Egger: «Notre nouvelle solution de prévoyance Protect Plan a rencontré un franc succès dès son lancement, car ce produit permet de satisfaire le besoin de sécurité des clients, tout en offrant un potentiel de rendement transparent.» Et Philippe Egger d’ajouter que la croissance est donc possible même sur un marché saturé, pour autant que l’on dispose de produits novateurs répondant aux besoins spécifiques des clients.

Résultats réjouissants dans l’assurance de dommages grâce à une approche ciblée des segments de clientèle

Dans le segment des particuliers (assurances des véhicules automobiles et de l’inventaire du ménage), les nouvelles affaires enregistraient au 30 juin 2011 une hausse nette se traduisant par 33 155 nouveaux contrats (+ 45% par rapport à l’année précédente). Cette évolution montre qu’une approche clientèle ciblée par segment, avec des produits et des services adaptés aux besoins, porte ses fruits. A titre d’exemple, citons l’assurance de ménage lancée l’an dernier avec deux variantes: Box Basic pour s’assurer à moindres frais et Box Optima pour bénéficier d’une couverture complète. Ce succès s’explique en partie aussi par le modèle dit «Multi Access», qui favorise une collaboration étroite entre la vente directe et le service externe. «Tous les moyens d’accès possibles sont ainsi proposés à nos clients, qui peuvent nous contacter par téléphone, via Internet ou le service externe. Etant donné que – contrairement à de nombreux concurrents – nous ne gérons pas de portefeuilles directement, les clients Internet peuvent aussi profiter à tout moment des conseils prodigués par nos conseillers à la clientèle», souligne Philippe Egger.
Le volume des primes a continué de diminuer légèrement dans le segment Entreprises. AXA Winterthur assume ce recul en toute connaissance de cause: «La croissance à tout prix n’est pas une option pour nous. Nous avons décidé de mettre l’accent sur la rentabilité de nos activités, ce qui implique une politique de souscription prudente», explique Philippe Egger. Par rapport au premier semestre 2010, le ratio combiné (combined ratio) s’est amélioré de 1,3 point de pourcentage sur les six premiers mois de l’année en cours, s’établissant au taux confortable de 87,4%. Cette évolution a été favorisée par le repli du taux de sinistres et du taux de frais.

Les résultats financiers témoignent de la résistance face à la crise

Compte tenu de la baisse des taux d’intérêt, le bénéfice opérationnel (underlying earnings) d’AXA Winterthur a légèrement diminué au 1er semestre 2011, passant de 427 millions à 424 millions de francs (- 0,8%). Le bénéfice de l’entreprise (adjusted earnings) – qui correspond au bénéfice opérationnel incluant les gains et les pertes réalisés ainsi que les correctifs de valeur (impairments) sur les placements – est passé de 504 millions de francs au 1er semestre 2010 à 472 millions de francs sur les six premiers mois de 2011 (- 6,3%). Cette baisse s’explique principalement par les gains en capital hors pair réalisés durant la même période de l’année précédente.
«AXA Winterthur ne souffre pas trop de la crise de l’euro. Notre exposition aux emprunts d’Etat de la zone euro était déjà très faible avant l’éclatement de la crise. Nous avons continué de réduire ces positions depuis lors», ajoute Matthias Henny, directeur financier d’AXA Winterthur.
Par rapport à la même période de l’année précédente, le bénéfice net (net income) est passé de 532 millions à 1,393 milliard de francs. «Cette forte hausse s’explique par la vente de la participation minoritaire dans l’assureur chinois Taikang qui, à l’époque, avait été prise par le Groupe Winterthur et dont la vente s’imposait pour des raisons réglementaires», précise encore Matthias Henny.
La solidité financière d’AXA Winterthur est attestée par des agences de notation indépendantes. Standard & Poor’s attribue à AXA Winterthur la note «AA- outlook stable» (perspective stable), confirmant ainsi sa «très grande solidité financière». AXA Winterthur satisfait également aux exigences du Test suisse de solvabilité (SST) conformément au modèle interne provisoirement approuvé par l’Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA).

AXA Bank franchit la barre des 30 000 clients

Plus de 30 000 clients (+ 66% par rapport à l’année précédente) apprécient les taux d’intérêt attractifs servis par AXA Bank ainsi que la simplicité de ses produits et processus. Conçue comme une seconde banque, AXA Bank a enregistré au 1er semestre 2011 un afflux net de nouveaux capitaux s’élevant à 79 millions de francs (- 10% par rapport à l’année précédente). Le taux de réinvestissement des assurances-vie arrivées à échéance d’AXA Winterthur dans des produits d’AXA Bank évolue favorablement (plus de 10%).

La faiblesse des taux pèse sur les assurances-vie et de rente

Philippe Egger se veut positif pour le second semestre 2011: «En dépit des violentes tempêtes et des averses de grêle en juillet, nous devrions atteindre nos objectifs en termes de croissance et de revenus.» Il place de grands espoirs dans la nouvelle gamme de produits à trois niveaux lancée fin juin dans l’assurance des véhicules automobiles: «En plus de l’assurance de base Strada Basic et de l’assurance premium Strada Optima, nous disposons désormais avec Strada Compact d’une assurance solide se situant entre les pôles existants. Les premiers chiffres de vente sont très prometteurs.»
La situation est actuellement plus difficile en ce qui concerne les assurances-vie et de rente existantes, estime Matthias Henny. «En raison de la crise de l’euro, les taux d’intérêt se sont massivement repliés. Cette évolution nous pose un défi grandissant dans la mesure où nous devons générer des rendements suffisants avec nos placements pour financer les garanties élevées dans l’assurance-vie.»

Selon communiqué