Résultats : La Macif s’attend à être bénéficiaire en 2010 même en assurance dommage

L’assureur mutualiste Macif sera bénéficiaire en 2010 dans toutes ses branches d’activité, y compris en assurance dommage, a indiqué mercredi à l’AFP son directeur général Roger Iseli, démentant des informations du site de la Lettre de l’assurance.

“Je pense qu’on aura un retour à un résultat positif en dommage en 2010”, a déclaré M. Iseli, tout en précisant que les comptes n’étaient pas encore arrêtés. En 2009, la Macif avait enregistré un bénéfice à l’échelle du groupe mais une perte en dommage.

Le directeur général de l’assureur mutualiste réagissait à un texte publié mercredi sur le site de la Lettre de l’assurance par Patrice-Michel Langlumé, président de l’Ecole supérieure d’assurance (ESA). Dans ce texte, M. Langlumé estimait notamment “vraisemblable” que la Macif publie, pour l’exercice 2010, une nouvelle perte en dommage.

Reprenant les mauvais chiffres du premier semestre 2010, cité par M. Langlumé, M. Iseli a précisé que, compte tenu d’une moindre sinistralité au deuxième semestre, les comptes de l’assureur s’étaient redressés. Pour M. Iseli, les résultats en assurance dommage confirmeront une embellie, déjà constatée entre 2008 et 2009. Il a néanmoins concédé que compte tenu du nombre d’événements naturels d’importance, l’année 2010 ne serait “pas une année extraordinaire en termes de résultats”.

“Même si on est réassuré, on a quand même un reste à charge de l’ordre de 60 à 70 millions” d’euros lié aux événements naturels, soit une facture sensiblement identique à celle de 2009, qui avait été de 66 millions.

Malgré ces événements, le ratio combiné (frais généraux et coût d’indemnisation des sinistres rapportés aux primes perçues) devrait reculer “en-dessous de 105%” en 2010, contre 107% en 2009, selon M. Iseli.

Le directeur général de la Macif a également tenu à rassurer quant à la solvabilité de l’assureur mutualiste, dont s’inquiétait ouvertement M. Langlumé. “Le groupe Macif couvre largement ses obligations en matière de solvabilité”, a assuré M. Iseli, évoquant un ratio de solvabilité (fonds propres rapportés aux exigences réglementaires) de 130%. Il a également souligné que le passage à la nouvelle norme réglementaire dite Solvabilité II, prévu pour début 2013, placerait la Macif dans une situation encore plus favorable au regard du régulateur.

Paris, 5 janvier 2011 (AFP)