Résultats : Après un bon 2e trimestre, Allianz vise le haut de ses objectifs

Malgré le coût des inondations de juin (pas encore totalement intégré) et une assurance-vie qui souffre, Allianz enregistre une hausse de son résultat opérationnel, dans le haut de ses objectifs.   

A la fin juin, Allianz déclare être en bonne voie pour atteindre ces objectifs annuels après une année 2012 confortable qui avait permis au groupe de doubler ses bénéfices.

Le premier assureur européen vise pour l’année 2013 un résultat opérationnel de 9,2Mds d’euros à plus ou moins 500M d’euros près. Un montant inférieur à celui de 2012 de 9,5Mds d’euros en raison des incertitudes sur l’assurance-vie. Mais pour Michael Diekmann, PDG du groupe, “en l’état actuel des choses, nous voyons ce chiffre atteindre plutôt le haut de la fourchette” (8,7-9,7 milliards d’euros)”, déclare-t-il dans un communiqué. A la fin de ce premier semestre, Allianz a en effet enregistré un résultat opérationnel de 5,1Mds d’euros en hausse de 12,7% sur un an.

Le bénéfice net est de 3,4 Md d’euros (+24,6%) et le chiffre d’affaires à la fin juin atteint 58,8Mds d’euros (+6,5%).

La gestion d’actifs, toujours en très bonne forme

Après un premier trimestre encourageant grâce notamment à la gestion d’actifs (Pimco), Allianz poursuit sur sa lancée. “La gestion d’actifs reste très forte. En dépit d’une très forte volatilité des marchés obligataires et d’une hausse soudaine des taux d’intérêts, ce segment d’affaires a connu une croissante nette des revenus et a enregistré encore une fois une croissance à deux chiffres du profit opérationnel pour le trimestre”, précise un communiqué. Au deuxième trimestre, le profit opérationnel en gestion d’actifs gagne près de 40% sur un an à 804M d’euros mais est en baisse par rapport au premier trimestre où il atteignait 900M d’euros.

Sur les branches non vie, Allianz se porte aussi bien. Le résultat opérationnel porté à 1,17Md d’euros, reste en croissance de 12,3% au deuxième trimestre. Les marchés en Australie, Amérique latine et Turquie ont soutenu le chiffre d’affaires. Et le marché en France comme l’Italie, l’Australie et les États-Unis ont soutenu le résultat opérationnel “avec un environnement de prix favorable”.

Pourtant, en dommage, Allianz “essuie” les inondations de juin en Europe centrale et en France qui devraient coûter au groupe 330M d’euros au total. Mais elles n’ont eu qu’un impact de 55M d’euros sur les résultats du deuxième trimestre. L’ensemble des catastrophes naturelles au Canada, États-Unis et Europe coûte précisément une perte de 5,3 points de pourcentages au ratio combiné net mais globalement il résiste. Il passe de 67,3% à 69,4%.

L’assurance-vie en recul

Allianz souffre le plus sur son segment vie.  “L’assurance-vie reste sous pression de deux côtés : des taux d’intérêts bas et des exigences réglementaires accrues qui limitent nos possibilités d’investissement“, commente Dieter Wemmer, directeur financier du groupe dans un communiqué. Le profit opérationnel régresse de 18,2% sur un an à 669M d’euros au deuxième trimestre.

Face à la volatilité des marchés, l’assureur allemand diversifie ses investissements, en s’engageant dans le secteur de l’énergie par exemple (acquisition récente de 3 nouveaux parcs éoliens). Dans son cœur de métier, Allianz travaille constamment à de nouvelles offres, a en outre expliqué M. Diekmann, évoquant par exemple un projet-pilote à partir de 2014 avec un produit d’assurance-récolte pour les agriculteurs, sur la base d’une surveillance radar des cultures.