Résultats 2017 T1 : Le cyclone Debbie plombe les bénéfices de Swiss Re

Le réassureur helvète Swiss Re a vu son bénéfice net chuter de près de 50% au premier trimestre face aux coûts liés au cyclone Debbie en Australie qui devrait entraîner quelque 350 millions de dollars de dédommagements pour le groupe, a-t-il annoncé jeudi.

Sur les trois premiers mois de l’exercice 2017, son bénéfice a atteint 656 millions de dollars américains (602 millions d’euros), a indiqué le groupe dans un communiqué. Cette baisse est toutefois moins marquée que ce qu’anticipaient les analystes interrogés par l’agence suisse AWP, qui l’attendaient en moyenne à 639 millions.

Le bénéfice de sa division de réassurance dommages, la plus grosse en termes de contributions aux recettes, s’est contracté de 45% à 321 millions de dollars, les coûts du cyclone pour cette seule division étant estimés à 320 millions. Le ratio combiné, un indicateur de la rentabilité dans l’assurance, s’est toutefois maintenu en terrain bénéficiaire, à 95,6%.

Lorsque ce ratio, qui compare la somme des frais de gestion ainsi que les coûts des sinistres au montant des primes encaissées, se situe en dessous de 100%, les compagnies d’assurance et de réassurance continuent de dégager des bénéfices. Les coûts du cyclone pour sa division dédiée aux solutions pour les entreprises, dont le bénéfice a fléchi de 31%, sont pour leur part évalués à 30 millions de dollars. Fin mars, un cyclone de catégorie quatre, sur une échelle de cinq, a déferlé sur le Queensland, accompagné de vents destructeurs et de pluies diluviennes, avant d’être rétrogradé en dépression tropicale, tout en continuant à déverser des trombes d’eau sur la Nouvelle-Galles du Sud, au sud du Queensland, et sur Sydney.

Sur le trimestre, le montant des primes encaissées a diminué de 10,2%, à 10,2 milliards, le repli se chiffrant à 8,8% une fois corrigé des effets de change, alors que le groupe zurichois, confronté comme le reste du secteur à la pression des taux d’intérêt bas, s’est montré plus sélectif dans les contrats retenus.

« Nous avons réagi de manière décisive à la pression continue sur les prix dans le secteur en n’acceptant pas d’affaires non rentables », a déclaré Christian Mumenthaler, son directeur général, cité dans le communiqué. Lors des renouvellement de contrats en avril, les volumes de primes ont diminué de 2%, a chiffré Swiss Re.