Résultats 2017 T1 : Bénéfice en hausse pour CNP Assurances tiré par le Brésil

CNP Assurances, premier assureur de personnes en France, a vu son bénéfice net augmenter de 7,3% à 302 millions d’euros au premier trimestre, tiré par un fort développement de l’activité au Brésil, où il est fortement implanté.

En revanche, le chiffre d’affaires a reculé de 12,5% à 7,86 milliards d’euros, touché par l’arrêt de la gestion des nouveaux contrats épargne/retraite des Caisses d’Epargne depuis le dernier trimestre 2016, celle-ci ayant été confiée à Natixis, filiale cotée du groupe BPCE. Selon un nouvel accord passé avec le groupe mutualiste, CNP Assurances réassure à hauteur de 40% les affaires nouvelles en épargne/retraite souscrites par Natixis Assurances entre 2016 et 2019 sur le réseau des Caisses d’Epargne. Ce qui s’est traduit entre janvier et mars par une nette baisse des ventes en France (-21,5% à 5,7 milliards d’euros).

Ce trimestre a été également marqué une collecte nette épargne/retraite positive en contrats en unités de compte (UC, +1,1 milliard d’euros), à capital non garanti mais potentiellement plus rémunérateurs, contre une décollecte nette sur les contrats en euros(-2,8 milliards d’euros), au capital garanti mais pâtissant des taux bas. « On accentue le mouvement de transfert vers les unités de compte à partir des contrats traditionnels », a souligné Antoine Lissowski, directeur général adjoint et financier du groupe, précisant que ce basculement vers les UC augmentait le taux de marge sur le chiffre d’affaires annuel.

C’est au Brésil, où le groupe est implanté depuis plus de 15 ans, que l’assureur réalise sa meilleure performance avec un chiffre d’affaires en forte progression, porté par un effet de change favorable avec l’appréciation de la monnaie brésilienne (+73,4% en données publiées et +34,8% en données retraitées de cet effet de change, à 1,3 milliard d’euros). Ce rebond des ventes repose essentiellement sur les produits de retraite qui constituent plus de la moitié des recettes (785,6 millions d’euros). En Europe, hors France, l’activité ressort plus contrastée, le chiffre d’affaires reculant de 9,7% à 900 millions d’euros tiré vers le bas par l’Italie (-14,6% à 657 millions d’euros).