Résultats 2016 : Coface s’attend à une hausse de son ratio de sinistralité

L’assureur-crédit Coface s’attend à une nette augmentation de son ratio de sinistralité en 2016 en raison de difficultés plus importantes que prévu au sein des pays émergents, selon un communiqué publié lundi.

Le groupe, qui n’avait pas avancé d’objectif financier pour 2016, avait toutefois indiqué début mai qu’il restait « prudent » quant au déroulement de cet exercice. Cette prudence a pris corps puisqu’il anticipe désormais un ratio de sinistralité net (c’est-à-dire le rapport entre l’indemnisation des sinistres et les primes perçues) compris entre 63% et 66% cette année, contre 52,5% en 2015.

Sur le seul deuxième trimestre, selon des éléments préliminaires non-audités diffusés par Coface lundi, ce ratio est « de l’ordre de 67% ». Deux éléments expliquent cette tendance: des sinistres plus fréquents parmi les pays émergents, qui affectent aussi les entreprises des régions matures qui exportent vers ces zones, et un coût moyen des sinistres plus élevé.

« Le groupe a déjà pris des mesures fortes d’ajustement de la politique de gestion des risques sur ces régions », a souligné son directeur général, Xavier Durand, cité dans le communiqué. Coface prépare actuellement son nouveau plan stratégique, dont les grandes lignes seront dévoilées fin juillet et détaillées à l’occasion d’une journée investisseurs le 22 septembre. Il publiera aussi ses résultats du deuxième trimestre le 27 juillet.

Sur les trois premiers mois de l’année, déjà plombé par les pays émergents, il avait vu son bénéfice net dégringoler de 44,7%, à 22,3 millions d’euros. L’assureur-crédit avait déjà pâti de la perte de son activité de gestion des garanties publiques à l’export pour le compte de l’Etat, récupérée par la banque publique d’investissement Bpifrance.