Résultats 2015 : Une année de transition pour le groupe April

Après la résilience en 2014, 2015, tout comme l’exercice 2016 à venir, seront des années de transition pour le Groupe April.

Le chiffre d’affaires est en hausse (798M d’euros, +6%), tout comme le résultat net (42,1M d’euros, +14,8%). Mais comme attendu le groupe April a vu sont résultat opérationnel se contracter en 2015 à 73,1M d’euros contre 76,1M d’euros. Il reste dans la ligne que s’était fixé le courtier dans un environnement marqué, notamment, par le basculement de l’individuel vers le collectif en santé, l’un de ses cœurs de métier.

La marge brute en santé individuelle est en effet en repli. Et les affaires nouvelles en hausse de 80% en santé collective. Pour autant, les investissements consentis sur ce basculement et le passage vers un segment moins rentable ont grignoté le résultat opérationnel courant.

Si tous les salariés ne se sont pas encore affiliés à leur contrat santé collectif, le groupe ne prévoit pas de compensation sur le basculement du collectif vers l’individuel, malgré un taux de souscription de renforts de l’ordre de 30% selon Bruno Rousset.

Toute la stratégie reposera sur le multi-équipement du portefeuille. « Techniquement il sera très difficile d’aller chercher du renfort chez les salariés qui ne sont pas affiliés en collectif chez nous. Mais il y a du multi-équipement à faire pour ceux qui sont en contrat socle chez April », estime Emmanuel Morandini, directeur général délégué d’April.

Passer des partenariats avec des mutuelles ou des institutions de prévoyance est également le moyen de trouver du profit en faisant du volume et de compenser le coût d’acquisition. Des liens sous forme de délégation de gestion ou d’accord de distribution sur des produits montés par April sont envidagés. Le groupe mise également sur les séniors et les TNS en santé individuelle et sur l’assurance emprunteur. L’année 2015 a été d’ailleurs marquée par une forte poussée de la production (+48%) sur ce segment, porté par des taux bas et des renégociations favorables au marché de la délégation. Sur ce même marché, April réfléchit à se développer à l’international.

Le marché international fut l’un des grands chantiers du groupe en 2015, avec un redéploiement marqué par des cessions dans les zones peu rentables et de nouvelles acquisitions. « Nous retrouvons une nouvelle dynamique commerciale au Brésil grâce, notamment, au renouvellement du management. Et en Asie l’horizon se dégage », a commenté Emmanuel Morandini.

Le niveau de cash flow (193,5M d’euros au 31 décembre 2015), laisse par ailleurs des marges de manœuvre pour effectuer de la croissance externe dans les mois à venir. Sans fixer de budget, Bruno Rousset a évoqué une enveloppe globale de 100M d’euros qui pourrait être allouée à ces opérations.

Malgré tout, en raison du prolongement des effets de l’ANI sur 2016 et même en 2017, et en raison des investissements qui seront consentis sur le digitalisation pour toute la partie back office, April prévoit un repli de son résultat opérationnel courant de compris entre 8 et 12% pour 2016.

Ci-dessous, les chiffres clés publiés par April pour l’exercice 2015