Résultats 2015 S1 : Euler Hermes affecté par une dépréciation et la fiscalité

L’assureur-crédit Euler Hermes, filiale de l’assureur allemand Allianz, a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net en baisse de 5,8%, à 85,2 millions d’euros, affecté par une dépréciation et une fiscalité plus élevée, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué.

Le résultat a été amputé par “une provision pour dépréciation comptabilisée pour 3,9 millions d’euros sur une société d’information mise en équivalence” et par “un taux d’imposition plus élevé”.

Le chiffre d’affaires a en revanche augmenté de 5,7% sur le trimestre, à 667 millions d’euros, porté par les émergents, notamment les régions Asie Pacifique et Amériques. Le groupe a également vu son bénéfice opérationnel augmenter de 3,1% entre avril et juin, à 130 millions d’euros.

“Le résultat opérationnel progresse dans un marché qui traverse des zones de turbulence. Dans ce contexte, nous suivons de près le déroulement des évènements actuels afin d’aider nos clients à gérer leurs risques avec prudence”, commente Wilfried Verstraete, président du directoire cité dans le communiqué.

Le ratio combiné net (indemnisation des sinistres et frais généraux ramenés aux primes perçues) s’est détérioré de 2,4 points au deuxième trimestre, s’établissant à 73,9%. Sur l’ensemble du premier semestre, le chiffre d’affaires progresse de 5,4%, à 1,33 milliard d’euros, malgré un ralentissement en Europe “où les marchés souffrent de la baisse des prix et de la stagnation des volumes assurables”.

Côté perspectives, la Grèce reste un sujet de préoccupation, précise le groupe, qui assure avoir “significativement réduit” son exposition au pays “tout en continuant à accompagner ses clients grecs sur leur marché local”. “Alors que la situation actuelle est moins dramatique qu’elle n’aurait pu
l’être, il n’y a toujours pas de visibilité à moyen terme”, estime Euler Hermes.