Résultats 2015 : Hausse de 62% du résultat du groupe MACSF

Le groupe MACSF affiche une progression de 62% de son résultat net. « Une performance historique » pour la mutuelle d’assurance.

Le résultat net du groupe MACSF s’établit à 207,8M d’euros pour l’exercice 2015, soit une hausse de 62%. La mutuelle d’assurance poursuit sa croissance à un rythme effréné après une hausse de 31% en 2014. Le nombre de sociétaires passe de 920.000 à 941.651 et le nombre de contrats atteint la barre de 2 millions.

Ces résultats permettent au groupe de renforcer ses fonds propres et d se proposer comme « structure d’accueil pour les mutuelles en situation difficile. Quand nous voyons l’investissement qu’a représenté Solvabilité 2, nous pensons que cela peut créer une forme de vulnérabilité pour les petites structures », explique Stéphane Dessirier, directeur général du groupe MACSF.

Si toutes les « candidatures » sont les bienvenues, la mutuelle d’assurance jettera un œil particulièrement attentif sur les spécialistes de la gestion collective et des professions libérales. Cela colle avec Libéa, sa structure qui assure les barreaux français en prévoyance et avec le fait qu’elle délègue la gestion de ses contrats en santé. « Nous sommes spécialistes des professions de santé. Les notaires, les experts-comptables, ou encore les médecins ont des besoins d’assurance assez proches », poursuit le directeur général.

En attendant d’avancer sur ce dossier, le groupe a avancé sur le volet digital. « Nous avons fait 80% du chemin », précise Stéphane Dessirier. La mutuelle d’assurance a réorganisé a relation client en mettant en avant le numérique, la dématérialisation et en formant les commerciaux debout pour privilégier le face à face. Déployée fin février cette nouvelle organisation devrait produire ses premiers résultats au mois de septembre.

Elle a remis par ailleurs remis au goût de l’ACPR sa gouvernance, à travers la nomination de trois dirigeants effectifs, Stéphane Dessirier, Nicolas Gombault et Guillaume Rosenwald, qui sont tous mandataires sociaux dans les entités solos du groupe. « Nous avions envoyé notre dossier au régulateur en juillet qui nous a retoqués car il souhaitait que les dirigeants effectifs soit nécessairement mandataires sociaux de toutes les structures. Nous nous y sommes conformés », détaille Stéphane Dessirier.