Résultats 2014 : “Une année flat pour l’assistance en France”

INFOGRAPHIES/VIDEO – Le SNSA a présenté le bilan 2014 pour le secteur de l’assistance. Une année qualifiée de “flat”, par Nicolas Gusdorf président du syndicat.

En France, les résultats de l’assistance rentrent dans le rang. Après plusieurs années de croissance dynamique, le chiffre d’affaires grimpe péniblement de 0,27% pour s’établir à 2,573Mds d’euros. Le nombre d’interventions est quant à elle en baisse à 8.354300. Heureusement, il y a le reste du monde. Le chiffre d’affaires monde augmente en effet de 4,5% à 6,655Mds d’euros.

Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette atonie du chiffre d’affaires en 2014, comme nous l’explique Nicolas Gusdorf, président du SNSA.

Ce résultat est en effet la conséquence d’une forte baisse de l’activité en médical (-10,7%), quant celle de l’auto monte de 2,6%, celle des services à domicile de 1,1%. Enfin le chiffre d’affaires de la quatrième branche – information et conciergerie – diminue de 2%.

Le décrochage du médical (rapatriement) est imputable à la crise selon Nicolas Gusdorf. Les Français ont privilégié le sol français pour leur congés et se sont plutôt rendus dans leur famille. Le président du SNSA note également une forte hausses des frais médicaux, notamment en Grèce, aux Etats-Unis, en Turquie et en République dominicaine. “Les centres de soin savent que les sociétés d’assistance sont derrière ce qui peut expliquer cette inflation”, selon Nicolas Gusdorf.

Sur les chantiers à venir, le digital et la connectivité font évidemment partie des sujets prioritaires identifiés par les sociétés d’assistance. “Nous devons être les acteurs de l’humanisation de la connectivité”, lance Nicolas Gusdorf. Plusieurs projets concrets sont d’ores et déjà lancés comme le eCall. Il s’agit d’installer des capteurs dans les véhicules destinés à avertir automatiquement les secours en cas d’accident. Il doit être généralisé au 1er janvier 2018 et les assisteurs participent pleinement à sa mise en œuvre. A ce titre, le Gema et la FFSA soit se prononcer avant la fin du mois de mai sur les solutions proposées par les assisteurs sur la question avant une présentation aux pouvoirs publics.