Résultats 2014 T1 : Bénéfice net en hausse pour CNP Assurances

CNP Assurances, premier assureur de personnes en France, a profité d’une forte reprise de l’activité au premier trimestre, en particulier dans l’Hexagone, qui lui a permis d’augmenter son bénéfice net de 11,1% à 256M d’euros.

Le chiffre d’affaires a progressé sur ces trois mois de 11,3% à 7,92Mds d’euros. Son résultat brut d’exploitation a, lui, gagné 2,3% à 535M d’euros (+11,6% à périmètre et changes constants). Ces résultats “traduisent une très, très forte reprise d’activité”, accompagnée de gains de parts de marché, a indiqué Antoine Lissowski, directeur général adjoint de l’assureur, lors d’une conférence téléphonique.

Cette progression s’est accompagnée d’une inflexion, “comme prévu”, vers des produits en unités de compte (UC) et en protection, a-t-il ajouté. Pour la suite de l’exercice, “nous n’avons pas trouvé dans le premier trimestre d’éléments de nature à modifier les projections budgétaires sur l’année”, a-t-il indiqué. “Le restant de l’année n’est pas affecté dans sa tendance”.

M. Lissowski a ajouté être “très impatient” du lancement la semaine prochaine de nouveaux produits d’épargne patrimoniale dans le réseau de la Banque postale, l’un de ses principaux réseaux de distribution. Hors de France, le groupe compte sur la relance de l’activité au Brésil à la faveur du lancement de nouveaux produits au second semestre. Dans les autres pays, “nous sommes en production très forte“, affirme-t-il.

La collecte nette trimestrielle, qui a atteint 849M d’euros, a été “positive sur l’ensemble des zones géographiques”. Les encours moyens s’établissaient à 303Mds d’euros, soit une hausse de 2,1% sur le trimestre. “C’est l’activité en France qui tire vers le haut l’ensemble puisqu’elle a progressé de 20,2% par rapport à l’année dernière” à 6,37Mds, selon M. Lissowski. Ce “rebond très significatif est essentiellement associé à l’activité épargne”.

Dans cette branche, les ventes en unités de compte ont en effet bondi de 57,2% dans l’ensemble des réseaux, ce qui a fait passer la part des UC dans le chiffre d’affaires de la branche épargne/retraite à 10,4%, contre 8,3% un an plus tôt. L’activité du segment prévoyance/patrimoine a augmenté de 4,5%, poursuivant sur sa “bonne dynamique”.

Au total, la collecte nette du segment vie et capitalisation en France a été positive de 219M d’euros mais présente un bilan contrasté dans le détail: elle a été positive de 236M en UC mais négative de 17Mpour les contrats en euros. En Amérique latine, le chiffre d’affaires a baissé de 16,7% sur le trimestre (+1,7% à périmètre et changes constants) principalement du fait du décalage au second semestre d’une campagne de promotion de produits retraite qui s’était déroulée au premier trimestre l’an dernier, a expliqué M.

En Europe hors France, l’activité a reculé de 13,5% par rapport à l’an dernier lorsque le groupe avait signé un contrat en retraite collective de 420M d’euros au Danemark. En mettant ce contrat entre parenthèses, le chiffre d’affaires a progressé de 44,5% grâce au segment épargne.

Le coefficient d’exploitation du groupe s’est amélioré à 39,6%, contre 40,9% un an plus tôt. Les capitaux propres (hors intérêts minoritaires) ont augmenté de manière “assez significative” de 770M, à 15,39Mds d’euros (+5,3%). “Dans les métiers d’assurance, un trimestre –surtout le premier– n’est pas un signal extrêmement important. C’est une progression (des résultats) qui est largement liée à une photographie à un moment donné”, a tempéré M. Lissowski.