Résultats 2012 : Les assureurs pour grands comptes soufflent

Pour les assureurs de grandes entreprises, l’année écoulée marque un certain effacement de la crise économique avec la reprise de la croissance du chiffre d’affaires.

A cause d’une conjoncture économique moribonde, 2012 est restée une année compliquée pour les assureurs grands risques. Mais ils avaient touché un point bas en 2011 avec un montant de cat’nat’ record. L’heure est peut-être au rebond.

Les assureurs spécialisés en risques d’entreprises (middle-market et grandes entreprises) présents en France et en Europe maintiennent tous la croissance de leur chiffre d’affaires, notamment grâce au dynamisme des pays émergents où les grandes entreprises vont chercher de la croissance. Cependant, la rentabilité a plutôt tendance à s’éroder.  “La sinistralité moyenne est en hausse, aussi bien en termes de fréquence que de coût, suivant l’impact de la crise sur les entreprises”, explique Jeff Moghrabi, DG France d’ACE Europe, dans une interview à News Assurances PRO à l’Amrae de Lyon.

En outre, les entreprises installées aux États-Unis n’ont pas échappé à l’ouragan Sandy (une trentaine de milliards de dollars de coûts estimés) qui a terni les résultats du dernier trimestre.

En France, AXA Corporate Solutions a vu son chiffre d’affaires progresser de 4% à 2Mds d’euros mais son résultat opérationnel est en recul de 3% à 145M d’euros. Son ratio combiné reste également élevé à 97,8%. AGCS Groupe (Allianz) préserve également une croissance de ces primes brutes avec 5,3Mds d’euros collectés mais son résultat d’exploitation se contracte de  23,4% à 420M d’euros. En France, le ratio combiné de la filiale reste encore élevé à 94-95%.

L’assureur anglo-saxon, Liberty Mutual, installé en Europe et en France, résiste très bien à la crise avec une croissance du chiffre d’affaires de 6,6% sur l’année à presque 37Mds de dollars et un résultat net en forte hausse grâce à un effet de base 2011 très favorable.

Zurich Insurance qui couvre les risques d’entreprises en dommages, profite d’une croissance des primes soutenues grâce aux marchés internationaux (croissance organique et acquisitions) alors que les résultats en “Europe continuent d’être affectés par une conjoncture économique morose, notamment sur certains des principaux marchés tels que le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie”, souligne t-il dans un communiqué à l’annonce des résultats.

Middle market

Parmi les relais de croissance en 2013, Kadidja Sinz, DG Europe de XL Insurance, estime dans une interview à l’Amrae que les ETI et PME, qui s’installent à l’étranger et profitent de la mondialisation, offrent de nouvelles perspectives. « 20% des entreprises de taille intermédiaires sont désormais présentes en Asie. Il faut pouvoir les accompagner. Elles sont confrontées aux mêmes risques que des multinationales : l’interdépendance des fournisseurs et leurs carences, risques géopolitiques, environnementaux, responsabilité civile des dirigeants… »

Pour Jeff Moghrabi, chez ACE, les ETI représenteront « une dynamique de croissance forte » pour l’assureur en 2013 alors que les grands comptes devraient être en stabilité.

L’assureur australien QBE dont le chiffre d’affaires pour sa filiale française grimpe de 15%, aura également pour cible principale les ETI et les PME qui représentent déjà plus des trois quart de son chiffre d’affaires.