Résultats 2012 : Bénéfice en flèche pour Swiss Re et des actionnaires choyés

Logo de Swiss Re

Le réassureur suisse surprend le marché avec un bénéfice de 4,2Mds de dollars et des primes collectées de 25,4Mds plus élevés qu’attendus.

Un bénéfice 2012 « excellent » a été annoncé par Swiss Re qui vient de publier ses résultats annuels, jeudi 21 février.

Le résultat net du réassureur a grimpé de 61% en 2012 à 4,2Mds de dollars (3,2Mds d’euros), dépassant nettement les prévisions du  marché qui tablait sur un bénéfice net de 3,5Mds de dollars.

Le réassureur revient vers ses niveaux de bénéfice d’avant crise. Il bat même des records. « Exprimés en dollars, il s’agit des meilleurs résultats jamais publiés par le groupe », a indiqué George Quinn, son directeur financier, lors d’une conférence de presse à Zurich, cité par l’AFP.

Globalement, les revenus des primes ont crû de 15% sur l’année, atteignant 25,4Mds de dollars. Le ratio combiné s’est nettement amélioré à 83,1% contre 94% prévu par le groupe. « Nous avons réalisé une solide performance en assurance dommages et nos résultats financiers ont été excellents », explique Michel M. Liès, nouveau CEO du groupe depuis 2012, dans un communiqué.

2,8Mds de dollars de dividendes

Résultat : les actionnaires sont récompensés d’un dividende de 3,5 Francs suisse par action (contre 3 Francs suisse l’année dernière) auquel s’ajoute un dividende supplémentaire de 4 Francs suisse par action. Soit un total de 7,5 Francs Suisse ou environ 6 euros par actions. « Le dividende de 7,50 CHF fait ressortir un rendement de 10,2%, ce qui est clairement attrayant dans l’actuel environnement de taux (d’intérêt) bas », a commenté Daniel Bischof, analyste chez Helvea dans une note de recherche.

Ce sont 2,8Mds de dollars (2,1Mds d’euros) du résultat qui retourneront aux actionnaires sous forme de dividendes.

En assurance dommages (P&C), le réassureur helvétique obtient un très bon résultat à 3Mds de dollars contre 1,1 Mds en 2011 (soit une hausse de 172%), grâce à plus de primes collectées, des marges améliorées et une meilleure préparation au passage de l’ouragan Sandy par rapport aux catastrophes en Asie en 2011. Le coût de l’ouragan Sandy reste estimé à 900M de dollars. Le ratio combiné s’améliore à 80,7% contre 104% en 2012.

A contrario, l’assurance-vie (L&H) pâtit des rendements en baisse sur les marchés. Le résultat net s’établit à 739M de dollars contre 1,7Mds en 2011, soit une baisse de 56%.

Enfin, le groupe déclare bien démarrer l’année avec une bonne compagne de renouvellement des assurances dommages en croissance de 11%, sur un portefeuille de haute qualité.

Pour 2013, le groupe zurichois table sur une forte croissance des primes notamment grâce à l’expiration de son contrat de rétrocession avec Berkshire Hathaway, le fonds d’investissement du milliardaire américain Warren Buffett. Durant la crise financière, Swiss Re avait cédé 20% de son volume de primes à l’investisseur américain. Le contrat est arrivé à échéance fin 2012 et ne sera pas renouvelé. Warren Buffett réclame cependant des dédommagements de l’ordre de 500 millions à 1 milliard de dollars dans des activités d’assurances-vie américaines.

(Avec AFP)