Résultats 2011 : Le bénéfice net de Munich Re a fondu de près de 71%

Logo de Munich Re

Le premier réassureur mondial Munich Re, doublement touché l’an dernier par les catastrophes naturelles et la crise de la dette en zone euro, a annoncé jeudi un bénéfice net annuel provisoire de 710M d’euros, en chute de près de 71% sur un an.

Au quatrième trimestre toutefois Munich Re a réalisé un bénéfice après impôts provisoire de 630M d’euros, en hausse de plus de 30% sur un an et supérieur aux attentes : les analystes attendaient un bénéfice trimestriel de 528M d’euros. Les résultats annuels définitifs de Munich Re sont attendus le 13 mars.

« Nous n’avions encore jamais connu une année pareille : des charges extrêmes en raison de catastrophes naturelles et en plus la crise financière qui s’est renflammée après une accalmie en 2009 et 2010 », a expliqué son directeur financier Jörg Schneider, cité dans un communiqué.

Une charge de 4,5Mds d’euros pour les cat’ nat’

Munich Re a subi une charge de 4,5Mds d’euros sur les catastrophes naturelles l’an dernier, dont 1,5Md d’euros pour le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon et une charge comparable pour les tremblements de terre en Nouvelle-Zélande.

Avec des coûts d’assurance liés aux catastrophes naturelles estimés à 105Mds de dollars (80Mds d’euros au cours actuel), 2011 a été encore plus coûteuse pour le secteur que 2005, l’année de l’ouragan Katrina en Amérique du Nord. Au quatrième trimestre, les inondations en Thaïlande ont coûté au groupe environ 500M d’euros, selon un chiffre encore provisoire.  

Les primes brutes ont augmenté de 9%

Sur l’ensemble de l’année les entrées de primes brutes de Munich Re ont augmenté de 9% à 49,6Mds d’euros. Comme son concurrent Hannover Re la veille, le groupe a fait état d’un renouvellement « satisfaisant » de ses contrats non-vie au 1er janvier 2012, avec une hausse des prix moyenne de 2%, notamment dans les régions du monde particulièrement exposées aux catastrophes naturelles.

Munich Re a par ailleurs confirmé la distribution d’un dividende stable sur un an à 6,25 euros.

 

Francfort, 2 février 2012 (AFP)