Résultats 2011 : Année solide pour Berkshire Hathaway, la succession de Warren Buffett assurée

Berkshire Hathaway, holding de tête du célèbre investisseur américain Warren Buffett, a annoncé samedi que sa performance financière s’était améliorée en 2011, en dépit d’une baisse de son bénéfice, et que la succession de son patron octogénaire était assurée.

Le bénéfice net part du groupe s’est établi à 10,3 milliards de dollars en 2011, soit 21% de moins qu’en 2010, mais encore 27% de plus qu’en 2009, selon le rapport annuel de la société publié en ligne.

M. Buffett, qui a toujours considéré que cette mesure avait peu de sens, préfère mesurer la performance de son entreprise à l’évolution de sa valeur nette comptable par action, qui permet d’évaluer les gains que peuvent espérer les actionnaires ayant misé sur son entreprise. Celle-ci a progressé de 4,6% en 2011, soit bien moins qu’en 2010, où elle avait crû de 13,0%, indique Berkshire Hathaway. Néanmoins, ajoute la holding, cette progression est supérieure à celle du S&P 500 pour la première fois depuis 2008, de 2,5 points.

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires, M. Buffett, qui aura 82 ans cette année, indique qu’il n’a pas l’intention d’abandonner les rênes de l’entreprise, même si sa succession a été assurée par le recrutement, en 2010 et 2011, de Todd Combs et Ted Weschler. Tous deux “ont l’intelligence, la capacité de jugement et la force de caractère requises pour gérer l’intégralité de notre portefeuille quand Charlie [Munger vice-président du groupe] et moi ne dirigerons plus Berkshire”, écrit M. Buffett.

M. Buffett laisse entendre que le conseil d’administration s’est entendu sur le nom de son successeur à la tête du groupe, mais ne dit pas de qui il s’agit. “La première tâche d’un conseil d’administration est de veiller à ce que la conduite des opérations soit assurée par les bonnes personnes et de s’assurer que le génération suivante de dirigeants ait été identifiée et soit prête à prendre la tête de l’entreprise du jour au lendemain”, écrit M. Buffett.

Après avoir cité les noms de MM. Combs et Weschler, le “sage d’Omaha”, sa ville du Nebraska (Centre des Etats-Unis), qu’il quitte le moins souvent possible, ajoute: “tous les membres de votre conseil d’administration sont enthousiasmés par la personne qui me succédera en tant que PDG”.

Le conseil d’administration a également “deux formidables candidats de remplacement”, ajoute M. Buffett, pour qui le transfert de responsabilités se fera “sans heurt” lorsque la direction actuelle s’en ira. “Ne déduisez pas pour autant de cela que Charlie et moi sommes sur le départ”, écrit le milliardaire, “nous continuons d’être en excellente santé et aimons énormément ce que nous faisons”.

En décembre, M. Buffett avait indiqué à la chaîne de télévision CBS qu’il souhaitait voir son fils agriculteur, Howard Buffett, devenir président honoraire de Berkshire Hathaway. Dans l’esprit du père, cette fonction non rémunérée permettrait d’assurer le maintien de la culture d’entreprise, en particulier sa tradition de prudence dans le choix de ses investissements.

Avec AFP