Résultats 2010 : Selon les analystes, Axa enregistrerait une forte baisse de bénéfice net

L’assureur français Axa devrait présenter jeudi un bénéfice net 2010 en baisse, les consensus d’analystes consultés par l’AFP l’établissant autour de 2,88Mds d’euros, soit 20% de moins que les 3,6Mds dégagés en 2009.

Un consensus d’analystes de la Société Générale, lui, anticipe une baisse de seulement 14% du bénéfice net d’Axa à 3,08Mds d’euros, relevant d’ailleurs que le marché ne manquerait pas d’attendre de très solides perspectives pour l’exercice 2011 dans le cas d’un recul plus creusé.

Axa avait enregistré sur les neuf premiers mois de l’année un chiffre d’affaires en hausse de 3,5% à 70,46Mds d’euros, supérieur aux attentes du marché, soutenu par sa présence dans les pays émergents ainsi que par des relèvements tarifaires. En dommage, l’assureur a bénéficié de hausses de tarifs, ayant notamment atteint 3,4% en moyenne pour les particuliers. Côté entreprises, la baisse des montants assurés a néanmoins compensé le relèvement tarifaire de 2,0%. En assurance vie, Axa présentait un tableau contrasté.

Outre l’évolution des revenus, l’assureur a enregistré en assurance vie une amélioration de sa marge sur affaires nouvelles, grâce notamment au lancement de nouveaux produits aux Etats-Unis et au Japon. En France, le chiffre d’affaires en vie, épargne et retraite a connu une baisse sur les trois trimestres de 2010 pris indépendamment.

Sur les neuf premiers mois de l’année, la collecte nette en France s’était affichée en baisse de 31%, alors que le marché avait enregistré lui une hausse de 7,7%, selon les chiffres de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA).

La filiale France du groupe a gagné des parts de marché « à peu près » dans toutes ses branches d’activité en assurance dommage, avait indiqué en janvier son directeur général Nicolas Moreau. En assurance vie, il faisait en revanche état de « chiffres un peu contrastés », sans plus de précisions.

Pour M. Moreau, qui a pris ses fonctions début octobre, 2010 s’est révélée « une très bonne année », marquée par un contexte difficile en référence aux événements climatiques (Xynthia) et à la crise de la zone euro. Au niveau du groupe, Barclays Capital jugeait début février que la taille d’Axa devenait « trop importante et compliquée » pour que le groupe parvienne à réagir et répondre aux exigences de ses différents marchés et aux changements de l’environnement tant économique que réglementaire.

Les analystes de Barclays Capital estimaient qu’il serait difficile de conserver le rythme de croissance contrairement à d’autres acteurs du marché, de taille plus modeste et plus concentrée. Ils considéraient en outre que les initiatives de direction actuelles nécessiteraient du temps avant de parvenir à faire changer la structure du groupe et, plus important encore pour les investisseurs, celle de ses résultats.

Paris, 16 fév 2011 (AFP)