Résultats 2010 : KBC renoue avec les bénéfices mais se trouve impacté par l’Irlande en fin d’année

Le bancassureur belge KBC, durement frappé par la crise financière, a renoué avec les bénéfices en 2010 et enregistré un résultat en hausse au quatrième trimestre, mais est affecté par son exposition aux difficultés du secteur financier en Irlande.

Le groupe a enregistré sur l’ensemble de l’année un bénéfice net de 1,86Md d’euros contre une perte de 2,47Mds en 2009, selon des résultats publiés jeudi. Sur le trimestre, son bénéfice net a plus que doublé sur un an, à 724M d’euros, contre 304M un an plus tôt.

C’est plus que prévu par les analystes, qui tablaient généralement sur un bénéfice de 440M d’euros, selon Dow Jones Newswires. Cependant, ce résultat trimestriel a été gonflé par des éléments exceptionnels, notamment des « gains de capital » liés aux « projets de désinvestissement » et la réévaluation de  certaines obligations dérivées.

Hors exceptionnels, le bénéfice du trimestre ressort à 168M d’euros, en baisse par rapport à 218M un an plus tôt. KBC souligne avoir profité d’ « ajustements de valeur favorables de son portefeuille de CDO » (collateralised debt obligation), des obligations dérivées de certains crédits, dont les fameux prêts hypothécaires à risque américain.

Le bon résultat du quatrième trimestre est dû aussi « au bénéfice substantiel généré par notre modèle stratégique de bancassurance sur nos marchés domestiques en Belgique et en Europe centrale et orientale », a souligné le PDG du groupe, Jan Vanhevel.

Mais le trimestre « a été affecté par un renforcement des provisions pour pertes de crédit en Irlande ainsi que par une provision unique constituée pour un cas d’irrégularités dans les opérations de leasing au Royaume-Uni », a-t-il ajouté.

Alors que les marchés continuent de s’inquiéter de la dette de certains pays de la zone euro jugés fragiles, KBC a réalisé des provisions irlandaises qui « s’élèvent à quelque 300M d’euros » sur le quatrième trimestre, soit au total 500M d’euros sur l’ensemble de 2010.

Le groupe avait annoncé en janvier de nouvelles provisions exceptionnelles pour l’Irlande, portant notamment sur de possibles pertes de valeurs sur des crédits. Il avait indiqué qu’en les ajoutant à celles déjà prévues, il arrivait à un total de 263M d’euros net pour le quatrième trimestre.

KBC a par ailleurs réalisé une provision liée à la découverte d’irrégularités au quatrième trimestre dans certains contrats passés par sa filiale britannique KBC Lease UK, dont le « montant (potentiel) net maximum » est estimé à 125M d’euros. Le groupe a fait une provision « à hauteur de ce plafond ».

Malgré ces difficultés, le patron de KBC s’est félicité du résultat « positif » du groupe pour l’ensemble de 2010, « après deux années de pertes ».Les résultats de l’année 2009 avaient été « fortement plombés par les pertes liées aux CDO et aux actions », rappelle KBC.

Durant la crise financière, KBC avait dû procéder à des dévaluations massives de son portefeuille de CDO. Cela avait fait exploser ses pertes et l’avait obligé à recourir à trois reprises à l’aide des pouvoirs publics.

Pour compenser, la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe, a obligé KBC à procéder à une série de cessions d’actifs. Dans ce cadre, KBC précise avoir « poursuivi » la mise en œuvre de son « plan de recentrage stratégique » au quatrième trimestre, avec la vente d’un certain nombre d’actifs, et précise que « les dossiers restants devraient être clôturés dans les prochains mois ».

Bruxelles, 10 février 2011 (AFP)