Résultats/1er semestre : Bénéfice net en baisse pour l’assureur Axa du fait d’une moins-value

L’assureur Axa a enregistré au premier semestre un bénéfice net en baisse de 29% à 944M d’euros, affecté comme prévu par une moins-value exceptionnelle liée à la cession d’une partie de ses activités au Royaume-Uni, selon un communiqué publié mercredi.

Lors de l’annonce, fin juin, de la cession à l’assureur britannique Resolution d’une partie de ses activités vie, épargne et retraite au Royaume-Uni, le PDG Henri de Castries avait indiqué que cette opération contraindrait le groupe à constater une moins-value d’environ 1,4Md d’euros. Elle atteint finalement 1,478Md d’euros. Pour autant, hors cet élément exceptionnel, le résultat opérationnel est en légère baisse de 3%. Un repli attribuable principalement à la baisse de la contribution de l’activité dommages (-9%) et de la gestion d’actifs (-15%).

En dommages, le recul reflète une légère augmentation du ratio combiné (prestations versées et frais de gestion rapportés aux primes perçues) de 0,2 point à 98,1% par rapport à la même période de 2009 et la baisse des revenus financiers. Dans un entretien diffusé sur le site du groupe, M. de Castries a souligné que le ratio combiné était en amélioration par rapport à son niveau du deuxième semestre 2009.

Pour lui, la conjugaison d’une politique de souscription plus sélective, d’un contrôle strict des coûts et d’augmentations de tarifs (+2% sur les entreprises et +3% sur les particuliers) commence à porter ses fruits. « Le travail n’est pas terminé, mais nous envisageons l’avenir de manière positive, en particulier parce que nous continuons à gagner des clients alors que nous avons relevé nos tarifs de manière assez significative », a commenté le PDG.

En gestion d’actifs, le repli tient à un effet de base défavorable, le premier semestre ayant bénéficié d’éléments fiscaux positifs non récurrents. Par ailleurs, Axa a enregistré sur la période une décollecte nette de 25Mds d’euros, principalement sur la clientèle institutionnelle, un phénomène compensé par un effet de change très nettement favorable (+78Mds d’euros).

Ces baisses en dommages et gestion d’actifs sont partiellement compensées par la progression de 6% du résultat opérationnel en vie, épargne et retraite. Cette activité bénéficie d’une amélioration sensible des marges, grâce notamment à la refonte de produits commercialisés aux Etats-Unis et au Japon.

Au total, le chiffre d’affaires est en hausse de 3,1% (+1,4% à base comparable) à 49,9Mds d’euros. « Les revenus sont en hausse, même s’ils progressent légèrement », a commenté M. de Castries. « Nous gagnons des clients dans nos diverses activités ce qui, je pense, est important pour le long terme », a-t-il ajouté.

Paris (France), 4 août 2010 (AFP)