Réforme de l’hôpital : Roselyne Bachelot se déclare prête à des gestes d’ouverture

    La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a estimé qu’il lui faudrait “faire, sans dénaturer la loi, des gestes d’ouverture” lors de l’examen par le Sénat du projet de loi “Hôpital, patients, santé, territoires” qui débute mardi, dans une interview au Monde publiée samedi.

    “Il me faut, sans dénaturer la loi, faire des gestes d’ouverture, cela est clair”, a déclaré la ministre, interrogée sur le renforcement des pouvoirs des directeurs d’hôpitaux prévu par le projet de loi et vivement contesté par une partie du monde hospitalier.

    “Au Sénat, nous parviendrons à un accord sur la gouvernance hospitalière, qui est au coeur du débat”, a-t-elle ajouté.

    “Mais renforcer le pouvoir du directeur ne se fait pas au détriment des médecins, bien au contraire ! La relation entre le directeur et le président de la commission médicale d’établissement a été renforcée et clarifiée par le texte”, a estimé Mme Bachelot.

    “Il y aura bien une réforme Bachelot sur l’hôpital”, a assuré la ministre.

    M. Bachelot a d’autre part annoncé qu’elle souhaitait “réintroduire le dispositif”, supprimé par la Commission des affaires sociales du Sénat, de pénalité financière pour les médecins exerçant dans des zones où les praticiens sont nombreux et qui refuseraient de prêter main forte à leurs collègues de zones moins bien pourvues.

    Avant une journée de mobilisation des personnels hospitaliers contre son projet de loi prévue jeudi, Mme Bachelot a souligné que “la concertation a été conduite bien avant que la réforme soit présentée au Parlement”.

    “Toutes les organisations représentatives de médecins ne sont pas contre ma réforme, loin de là. Il ne faut pas faire de strabisme sur certaines d’entre elles”, a-t-elle estimé.

    Une manifestation, le 28 avril à Paris, avait mobilisé entre 8.000 et 20.000 personnes, parmi lesquelles des chefs de service qui participent très rarement aux manifestations.

    Avec AFP