Réassurance : SoftBank Group en discussion pour entrer au capital de Swiss Re

0

Le réassureur suisse Swiss Re a annoncé mercredi qu’il avait engagé des “discussions” en vue d’une entrée à son capital du groupe japonais SoftBank, qui poursuivrait ainsi sa boulimie d’acquisitions.

Dans un communiqué, le géant de la réassurance “informe avoir engagé des discussions préliminaires avec SoftBank Group Corp concernant un potentiel investissement minoritaire dans Swiss Re“. “Les discussions en sont à un stade très précoce“, précise-t-il, soulignant qu'”il n’y a aucune certitude” qu’une transaction soit conclue.

Interrogé par l’AFP jeudi à Tokyo, SoftBank s’est refusé à tout commentaire. Selon des informations du Wall Street Journal et du Financial Times, qui citent des sources proches du dossier, SoftBank envisage d’acquérir près d’un tiers des actions de Swiss Re pour un montant évalué à plus de 10 milliards de dollars.

Fondée en 1981 comme modeste société de distribution de logiciels et d’édition de presse informatique, introduite en Bourse en 1994, SoftBank Group est aujourd’hui un groupe protéiforme, à l’image de son patron Masayoshi Son, première fortune du Japon.

Troisième opérateur de télécommunications mobiles au Japon et le quatrième aux Etats-Unis, via sa filiale Sprint, le groupe est devenu ces dernières années un investisseur de référence dans les nouvelles technologies, que ce soit en robotique (rachat du français Aldebaran en 2012, qui a développé le robot humanoïde Pepper), dans les semi-conducteurs (acquisition du britannique

ARM Holdings l’an dernier pour 28,5 milliards d’euros) ou le commerce en ligne, en tant que premier actionnaire du géant chinois Alibaba.

Une prise de participation dans Swiss Re lui permettrait d’étendre son champ d’action dans les services financiers. Début 2017, la compagnie nippone avait acheté la société américaine d’investissement et de gestion de biens Fortress pour 3,3 milliards de dollars.

SoftBank Group a annoncé mercredi préparer l’entrée en Bourse de sa lucrative filiale de télécommunications mobiles au Japon, une opération qui pourrait représenter une levée de fonds de 2.000 milliards de yens (14,8 milliards d’euros).

D’après le WSJ, il n’est pas clair si l’investissement dans Swiss Re proviendrait de la compagnie japonaise elle-même ou de son colossal fonds d’investissement de près de 100 milliards de dollars, SoftBank Vision Fund (SVF), créé en 2016 avec le soutien du principal fonds souverain d’Arabie saoudite.