Quelles assurances après une chute sur un trottoir enneigé ?

La vie est parsemée de petits accidents. Dans ces cas particuliers, où aucun tiers n’est clairement identifié, que l’accident a lieu hors du véhicule personnel et de l’habitation, quelles assurances couvrent l’individu en cas d’invalidité, de décès ou de préjudice matériel ?

En traversant un passage piéton enneigé, une personne glisse et se casse une jambe.
Dans un premier temps, les dommages corporels sont couverts par une extension de l’assurance auto, de l’assurance multirisque habitation ou un contrat de « garantie des accidents de la vie » (GAV).

Il existe en effet plusieurs types de contrat qui, dans le cadre de garanties « individuelles accidents » couvrent les dommages corporels subis alors que l’assuré n’est ni dans sa voiture, ni dans sa maison.
Attention, il ne faut pas confondre ces garanties avec une complémentaire santé qui ne s’attachent qu’aux frais médicaux. En général, il s’agit d’assistance, d’aide à domicile et de dédommagements suite à une invalidité plus ou moins importante. Tous les contrats prennent en charge des examens médicaux supplémentaires pour l’évaluation du préjudice effectué lors d’une visite chez un médecin expert.

C’est la même chose dans les contrats types « garanties des accidents de la vie ». Les assureurs mettent à disposition de leurs clients des contrats spécifiques pour couvrir le titulaire et sa famille dans le cadre d’accidents survenus à pied, à vélo ou en voiture (par exemple en tant que passager du véhicule d’un ami qui ne serait assuré qu’au tiers).
Ces garanties s’étendent également aux pratiques sportives à l’exception de certains cas, par exemple dans des pratiques intensives de haut niveau.

Les dédommagements peuvent être multiples. En règle général, mais chaque contrat est différent et chaque assureur peut se démarquer en proposant des garanties diverses, le contrat est composé d’une garantie invalidité, une garantie décès et une garantie d’assistance aux personnes.

La garantie invalidité prend en charge, par exemple, les frais liés à une hospitalisation longue, un séjour en centre de rééducation, puis à une invalidité constatée. L’indemnisation est alors une rente viagère calculée sur un montant annuel. Les méthodes de calcul dépendent des contrats. Sont pris en compte à la fois l’invalidité, l’âge de l’assuré et la formule de souscription choisie.
Les rentes d’invalidité peuvent être minorées ou partielles si l’assuré est également dédommagé pour le même accident par un organisme de protection social.
L’assuré peut également recevoir un complément de revenu pour compenser la perte de revenus liés à une indisponibilité causée par l’accident.

L’importance de l’assistance aux personnes

La garantie décès est une assurance prévoyance sur la vie. Un capital est versé au conjoint ou aux ayants – droit et une rente peut venir en complément. Comme toujours, tout dépend du contrat.

Les assureurs mettent de plus en plus en avant l’assistance aux personnes. De l’aide à domicile à l’aide aux déplacements, les sociétés et mutuelles d’assurance proposent aux assurés une myriade de possibilités pour retrouver une vie « normale ». Très souvent, l’assuré peut bénéficier d’une assistance psychologique, de rapatriements ou regroupements de la famille, d’hébergement pour les visites à la victime de sa famille…

Pour l’assuré, ces différents contrats sont souvent proposés lors de la souscription d’un contrat multirisque habitation. Assurer sa famille contre les accidents de la vie est en effet mis en lumière lorsque l’assuré étudie la portée et les limites des couvertures familiales des contrats habitation.
Néanmoins, il faut noter que pour tout ce qui est matériel, si l’assuré n’est pas couvert spécifiquement (assurance de l’opérateur pour le téléphone mobile par exemple), il n’existe quasiment aucun moyen d’être indemnisé.