Prudential : le rachat d’AIA remis en cause ?

L’assureur britannique Prudential a refusé mardi de commenter des informations du Times faisant état d’une menace de fronde de son premier actionnaire contre l’acquisition d’AIA, mais a assuré avoir eu avec eux des discussions « constructives » avec ses investisseurs.

Le Times a rapporté dans son édition de mardi que le fonds de gestion Capital Group, premier actionnaire de Prudential avec 12% de ses parts, fomentait un « démantèlement » de la société, jugé préférable au rachat d’AIA, la filiale asiatique d’AIG, et avait sondé à ce propos les groupes rivaux Resolution, Aviva et une autre partie.

« Nous ne commentons pas les rumeurs de marché », a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’assureur, interrogé sur ces informations. « Nous avons eu des réunions constructives avec nos actionnaires » à propos de l’augmentation de capital géante de 20Mds de livres projetée par Prudential, pour financer le rachat d’AIA, « le prospectus (document détaillant les termes de la levée de fonds, ndlr) sera publié le 5 mai, et nous auront de nouvelles réunions ensuite », a ajouté ce porte-parole.

L’acquisition d’AIA, annoncée début mars, est la plus coûteuse jamais lancée dans l’histoire du secteur de l’assurance, et va propulser Prudential au rang de leader international de l’assurance vie en Asie, lui donnant les clefs d’une région présentant un énorme potentiel de croissance.

Londres, 27 avril 2010 (AFP)