Prudential : L’assureur AIG refuse de baisser le prix de vente de sa filiale AIA

L’assureur américain AIG a annoncé mardi avoir refusé de modifier les conditions de la vente de sa filiale asiatique AIA à son concurrent britannique Prudential, qui demandait à ce que son prix soit abaissé à 30,375 milliards de dollars, et va désormais étudier ses options.

« Le groupe va s’en tenir aux conditions initiales de l’accord précédemment annoncé avec Prudential », prévoyant la vente à ce dernier d’AIA pour 35,5Mds de dollars, a indiqué AIG dans un communiqué publié dans la nuit de lundi à mardi.

« Le groupe n’envisagera pas de modifier ces conditions », a ajouté le groupe américain. Dans la foulée, Prudential a précisé qu’il avait demandé à AIG d’abaisser le prix d’AIA à 30,375Mds de dollars, et a pris note de ce refus. Le groupe britannique a ajouté, dans un bref communiqué, que son conseil d’administration allait désormais examiner la situation, et ferait une nouvelle annonce ultérieurement.

Le rachat d’AIA, annoncé il y a trois mois, est censé faire de Prudential le leader international de l’assurance vie en Asie, lui donnant les clés d’une région à l’énorme potentiel de croissance. Mais cette acquisition transformatrice, négociée par le directeur général de la vénérable « Pru », le franco-ivoirien Tidjane Thiam, a suscité dès son annonce des doutes et des inquiétudes parmi les investisseurs, qui ont grandi au fil des semaines, au point de faire penser que l’opération allait virer à la débâcle.

Sous la pression grandissante de ses actionnaires, Prudential avait été contraint en fin de semaine dernière d’entamer des discussions avec AIG, pour tenter de revoir à la baisse le prix de la transaction. Face au refus du groupe américain, Prudential a désormais le choix entre tirer un trait sur toute l’opération ou bien tenter tout de même de convaincre ses actionnaires de l’accepter, lors de son assemblée générale extraordinaire prévue le 7 juin, ce qui semble avoir très peu de chances de se produire.

Le rachat devra en effet recueillir au moins 75% des voix pour être approuvé lors de cette AG, or plusieurs grands actionnaires du groupe ont fait savoir récemment ouvertement ou officieusement leur opposition à cette méga-acquisition. Un échec de ce rachat record pourrait entraîner la chute du patron de Prudential, Tidjane Thiam, principal architecte de ce projet. Il pourrait également ouvrir la voix à un démantèlement de l’assureur britannique ou à un recentrage sur ses seules activités britanniques.

Londres, 1 juin 2010 (AFP)