Promesse employeur : Les entreprises françaises gagneraient à communiquer sur leurs efforts

Notre étude révèle trois leviers par lesquels les entreprises françaises peuvent se rendre plus attractives sur le marché des talents. Tout d’abord, l’implication des managers intermédiaires est une clé. Leur proximité tant avec les équipes que la direction fait de ces pivots les meilleurs relais de la politique de mobilité et de formation de leur société.

Les entreprises françaises investissent plus volontiers dans les profils les plus élevés hiérarchiquement

Ensuite, les entreprises françaises ont à corriger un écart qui persiste, voire qui s’accroît, entre managers et non managers : elles investissent plus volontiers dans les profils les plus élevés hiérarchiquement. Certains salariés interrogés parlent même d’un « développement à deux vitesses » pour qualifier les politiques de mobilité et de formation menées par leurs employeurs¹.

Enfin, les entreprises françaises ont à rendre plus visibles, à l’externe ET en interne, les efforts réalisés pour offrir des perspectives de développement professionnel à leurs collaborateurs. Il ne s’agit plus seulement de « faire », mais « d’expliquer ce que l’on fait » d’une manière accessible à tous.

1 : Dans le cadre de cette étude, les opinions des salariés français ont été suivies sur 8 ans (2008-2015). Chaque année, 180.000 salariés, tous basés en France, travaillant dans 125 entreprises différentes, sont interrogés par questionnaire par Willis Towers Watson. Leurs opinions ont été étudiées en comparaison avec un benchmark composé de plus d’1,7 million de salariés, mis à jour tous les ans, tous basés en Union européenne. Au total, sur l’ensemble des 8 années, les réponses de plus d’un million de salariés français ont été analysées.

Source link