Prévisions 2012 : Munich Re table sur un bénéfice net d’environ 2,5Mds€

Logo de Munich Re

Après avoir été durement touché par les catastrophes naturelles et par la crise de la dette en zone euro l’an dernier, le premier réassureur mondial Munich Re veut croire à un retour à la  normale cette année.

Le groupe bavarois a annoncé mardi qu’il tablait sur un bénéfice net d’environ 2,5Mds d’euros cette année, contre 702M d’euros l’an dernier, selon un chiffre définitif, et 2,4Mds en 2010. Le bénéfice net devrait encore augmenter en 2013, a-t-il ajouté, sans donner de chiffre.

« Nous avons bien débuté l’année » s’est félicité le président du directoire Nikolaus von Bomhard en introduction d’une conférence de presse à Munich (sud), confiant notamment grâce à la large diversification de son groupe.

Les investisseurs saluaient cet optimisme et l’action Munich Re prenait 1,38% à 110,25 euros à la Bourse de Francfort à 08H41 GMT, sur un indice Dax en hausse de 0,65%.

Le groupe a toutefois entouré ses prévisions de certaines conditions, comme des coûts d’indemnisation de dommages « dans la moyenne » et l’absence de « fortes perturbations sur les marchés de capitaux et de devise », selon un communiqué.

Il a subi une charge de 4,5Mds d’euros sur les catastrophes naturelles l’an dernier, dont 1,5Md d’euros pour le séisme et le tsunami au Japon et une charge comparable pour les tremblements de terre en Nouvelle-Zélande.

Les inondations en Thaïlande au quatrième trimestre lui ont coûté 547M d’euros, selon un chiffre définitif revu à la hausse.  

Au quatrième trimestre le groupe a néanmoins signé un bénéfice net de 627M d’euros, en hausse de 34,3% sur un an.

Dans le détail, le bénéfice net de sa division de réassurance devrait se situer cette année entre 1,9 et 2,1Mds d’euros. Sa filiale d’assurance primaire, Ergo, devrait réaliser un bénéfice net d’environ 400M d’euros et sa division d’assurance santé Munich Health entre 50 et 100M d’euros.  

Les entrées de primes brutes du groupe devraient ressortir stables, entre 48 et 50Mds d’euros, contre 49,6Mds d’euros l’an dernier.

Par ailleurs le groupe, qui a participé à l’échange de dette d’Athènes par ses créanciers privés, s’attend à un « impact limité » de la Grèce sur ses résultats cette année, après avoir dû passer 1,2Md d’euros de dépréciations sur ses titres grecs l’an dernier, dont 245M d’euros au quatrième trimestre.

Fin 2011 la valeur nominale de ses titres de dette grecque représentait 1,6Md d’euros.

Le groupe, qui disposait fin 2011 d’un portefeuille d’investissement de 207Mds d’euros, dont 48Mds d’euros de titres de dette souveraine, entend davantage se concentrer sur les obligations publiques « sûres » en Europe de l’Ouest comme l’Allemagne, davantage investir dans les pays émergents et « prudemment » dans les obligations d’entreprises.

Dans un contexte de faibles taux d’intérêt, Munich Re multiplie les investissements alternatifs comme dans les énergies renouvelables, où un programme d’investissement de 2,5Mds d’euros est en cours.

Ce programme va être étendu aux infrastructures (transport, services aux collectivités, communication) pour 1,5Md d’euros d’investissement à moyen terme, a annoncé le groupe mardi. 

Munich (Allemagne), 13 mars 2012 (AFP)