1er bilan des taux de rendement 2008 de l’Assurance Vie : les mutuelles en tête, les bancassureurs à la traîne, la montée en puissance des contrats sans frais

    2

    La bonne tenue des taux en 2008.
    La campagne de publication des résultats de l’assurance vie par les principaux acteurs du marché entre dans sa dernière ligne droite. La performance moyenne des 175 contrats d’assurance-vie mentionnés sur le site de News-Assurances s’établit pour l’année 2008 à 4,23 %. En retrait de 0,15% par rapport à 2007, la performance moyenne de l’année 2008 apparaît ‘”comme un bon cru” relativement aux autres placements et ce dans un contexte économique et financier déprimé.

    2008 ne marque pas de bouleversement majeur par rapport aux grandes tendances observées ces dernières années. Le peloton de tête, avec un niveau de performance oscillant entre 4,50% et 4,80 %, est toujours occupé majoritairement par des mutuelles qui font preuve d’une grande régularité au niveau de leurs performances. Le Conservateur par exemple, avec les contrats Arep et Hélios affichant une performance 2008 de 4,70 %, n’occupe certes plus la première place mais fait toujours partie des 5 premiers distributeurs proposant les contrats les plus performants, et ce d’autant plus que les frais sur les versements sur le contrat Arep ont été ramenés à 1%.
    Vient ensuite le gros du peloton dont les performances se situent dans une fourchette s’étiageant de 4 % à 4,50% constitué pour la plus grosse part de compagnies d’assurance traditionnelles.

    Les Bancassureurs à la traîne
    Les taux de rendements des contrats proposés par les banques, et ce constat n’est pas nouveau, se situent en retrait par rapport à la moyenne des taux de rendements. Le rendement d’une partie de leurs contrats est en effet nettement en dessous de 4 %. Une des explications, au delà de la jeunesse relative de leur activité dans l’assurance vie, tient pour partie à leur choix d’éviter que ces contrats, dont la ressource ne constitue pas ce qu’on appelle dans le jargon bancaire “une épargne bilan”, ne viennent “cannibaliser” leurs autres produits d’épargne. La moindre rémunération de ces contrats résulte en fait d’un choix de politique commerciale et beaucoup moins, semble t-il,d’une sous-performance.

    Et force est de constater que les performances de certains contrats, dont les encours gérés sont parmi les plus importants, ne sont pas encore publiés. Nul doute que leurs performances risquent d’apparaître plutôt proches de 3,50 % que de 4%. Dans un contexte concurrentiel comme celui de l’assurance vie, l’effet d’affichage constitue un puissant levier de politique commerciale mais gare au retour de bâton. A force de vouloir préserver à tout prix la cohérence de leur gamme de produits d’épargne et maîtriser le coût de la ressource collectée en jouant sur une moindre rémunération de l’épargne déjà placée, les banques et certains assureurs risquent de détourner de plus en plus une clientèle fidèle jusqu’ici mais qui exige de plus en plus de la transparence et commence à s’intéresser au contrats d’assurance vie en ligne.

    L’attractivité des contrats à ” 0 frais” sur les versements
    La ponction de frais sur les versements constitue de plus en plus un frein majeur à leur souscription. Sous couvert de contrepartie à la rémunération d’un conseil, ces frais sont en réalité destinés à rémunérer les réseaux distributeurs plus pas rapport à leur fonction commerciale qu’en raison de leur rôle de conseil. Prélever 1, 2, voire 3% peut se justifier, si un conseil véritable est dispensé (comme par exemple une aide pour la rédaction de la clause bénéficiaire) mais pas dans le cas d’un “conseil orienté” dont la seule finalité est de vendre le contrat. C’est, en contre point, une des raisons du succès que commencent à avoir les contrats en ligne, l’absence de frais sur les versements étant leur argument commercial majeur.

    Mais cet argument n’explique pas tout à lui tout seul; la performance est au rendez-vous et là encore avec régularité; parmi les compagnies qui retiennent l’attention citons :

    – le groupe APICIL qui propose via APIVIE, le contrat Frontière Efficiente, dont le fonds euro affiche la meilleure performance de la place (hors Axeria Vie, non significatif en raison de l’absence de recul suffisant pour apprécier la performance des deux contrats Arborescence Opportunités et Patrimoine Opportunités) avec 4,80 % nets de frais sur les versements et le taux garanti pour 2009 le plus élevé à ce jour : 4,70% valable autant pour les nouveaux versements que pour l’épargne gérée.

    – ACMN-VIE (groupe Crédit Mutuel Nord Europe) qui gère en tant qu’assureur les contrats distribués par Altaprofits, Empruntis, Hedios Patrimoine, LinXea et Monfinancier, qui affichent une performance de 4,60% en 2008. Exonérés de frais sur les versements, ces contrats sont actuellement ceux qui permettent d’obtenir un des meilleurs niveau de rémunération.

    – la qualité des contrats proposés par la MACIF qui pratique depuis longtemps le non prélèvement de frais sur les versements et qui fait preuve d’une régularité exemplaire dans la publication de ses résultats : même si elle n’affiche pas les plus hautes rémunérations, la MACIF est un des rares acteurs à afficher pour ses contrats en 2008 une performance supérieure à celle obtenue en moyenne sur la période 2005-2007 et à garantir sans condition un taux de 4% pour l’année 2009.

    LES 175 CONTRATS D’ASSURANCE-VIE EN DETAIL

    AVERTISSEMENT

    Les informations présentées ci-dessus et ci après doivent être considérées comme des données purement indicatives aux fins d’information privés et personnelles de l’internaute; elles ne sauraient en aucun cas ni se substituer à l’avis d’un professionnel de l’assurance ni être utilisées comme unique fondement d’une décision d’investissement ou de placement directe ou indirecte. Les données relatives aux contrats peuvent contenir des erreurs ou des approximations qui ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de News Assurances.

    Comments are closed.