Pointés du doigt par les entreprises, les assureurs-crédit s’engagent à plus de transparence

    christine-lagarde-70Les assureurs-crédit, accusés de fragiliser les PME avec l’aggravation de la crise, ont pris mardi des engagements d’information et de transparence vis-à-vis des entreprises clientes de leurs assurés, au terme d’une réunion avec leurs principaux représentants à Matignon.

    “Nous venons de trouver un excellent accord grâce à l’intervention du Premier ministre”, a déclaré la ministre de l’Economie Christine Lagarde après la réunion, à laquelle participaient également des représentants du patronat, dont la présidente du Medef, Laurence Parisot.

    La principale avancée prévoit l’information préalable des entreprises dont la couverture est réduite par les assureurs-crédit, selon un communiqué publié par Matignon.

    L’assurance-crédit, qui concerne environ un quart des entreprises en France, a pour vocation d’assurer une entreprise contre les risques d’impayés de ses clients. “Ce que les entreprises voulaient c’est que les acheteurs soient informés dès lors que le risque n’était plus couvert ou était moins couvert”, a détaillé la ministre. “Les assureurs-crédit ont convenu d’informer, de donner un préavis aux acheteurs dès qu’il y a un changement de couverture de risque, dès qu’il y a une suppression du risque”, a-t-elle ajouté. Le préavis sera d’un mois au minimum.

    Pour Mme Lagarde, “c’est une avancée majeure et c’était vraiment le point de désaccord, de difficulté entre les entreprises d’un côté et les assureurs-crédit de l’autre”, a-t-elle poursuivi.

    Parmi les autres engagements pris par les assureurs-crédit, figure celui de mettre à disposition des entreprises clientes de leurs assurés les informations concernant le montant de leur couverture et la note de solvabilité qui leur est attribuée.

    Présent lors de la réunion, le président de la CGPME Jean-François Roubaud a estimé que “les assureurs-crédit ont fait un pas en avant très important”.
    Les assureurs-crédit ont également promis de motiver toute réduction ou annulation de couverture. Pour François David, président de l’assureur-crédit Coface, l’accord est “bon pour tout le monde” dans la mesure où il “augmentera la transparence de l’information à la fois vis-à-vis du fournisseur et de l’acheteur”.

    Outre l’accord, Matignon a également annoncé que François Fillon a signé le décret d’application mettant en oeuvre le dispositif dit CAP+ (complément d’assurance-crédit public), qui permettra d’apporter une garantie publique à des risques non couverts par les assureurs-crédit, à hauteur de 5 milliards d’euros. Le décret paraîtra mercredi au Journal officiel.

    CAP+ est “vraiment de nature à apporter les bonnes réponses, selon Michel Mollard, président du directoire de l’assureur-crédit Euler Hermes SFAC, filiale du groupe Allianz.

    Dans un communiqué, le Medef a salué “une bonne nouvelle pour l’économie française”. “Dorénavant, CAP et CAP+ vont permettre une meilleure couverture des problématiques d’assurance-crédit des entreprises”, écrit encore l’organisation patronale.

    Les assureurs-crédit sont régulièrement accusés de réduire leurs couvertures avec l’aggravation de la crise, pour préserver leur situation financière.

    AFP