Perspectives : Incertitudes autour du coût du sauvetage d’AIG pour les contribuables américains

    Les projections du département du Trésor selon lesquelles les contribuables américains pourraient finalement sortir gagnants du renflouage de l’assureur américain AIG sont très aléatoires, selon un rapport officiel publié lundi aux Etats-Unis.

    “Les projections du Trésor sont soumises à un degré d’incertitude”, indique ce rapport publié par les services de l’inspecteur général spécial chargé du contrôle du plan de stabilisation du système financier voté en octobre 2008 (Sigtarp).

    Premièrement, “le plan de recapitalisation [d’AIG] est d’une complexité énorme et soumis à un nombre très élevé de conditions qui pourraient se réaliser ou non”, ajoute le rapport, faisant référence au plan présenté fin septembre par l’assureur pour rembourser sa dette à l’Etat.

    Deuxièmement, le calcul du Trésor “ne tient pas compte de la volatilité du cours de l’action AIG”, indique ce document, reprochant au Trésor d’avoir changé de méthodologie dans sa dernière estimation du coût du sauvetage d’AIG, sans en avertir le public.

    AIG a dévoilé fin septembre un plan destiné à rembourser les quelque 100 milliards de dollars qu’il doit encore à l’Etat américain.

    Obscur par bien des aspects, ce plan prévoit qu’AIG remboursera ce qu’il doit à la banque centrale, mais qu’il empruntera à peu près autant au Trésor, ce qui aura pour conséquence de faire passer la participation de l’Etat dans son capital de 80% environ à 92%.

    A la suite de cette annonce, le Trésor avait estimé que les contribuables pourraient sortir gagnants du sauvetage d’AIG. Son calcul dépend cependant du prix auquel l’Etat pourra céder sa participation au fur et à mesure qu’il se désengagera de l’assureur.

    Symbole des excès de la finance, AIG a été sauvé de la faillite par l’intervention des pouvoirs publics américains au plus fort de la panique financière de septembre 2008. Son maintien à flot a nécessité la mobilisation d’environ 160 milliards de dollars d’argent public.

    Washington, 26 octobre 2010 (AFP)