Périnatalité : le Groupe Naissances interpelle les pouvoirs publics

    Face à la demande croissante d’un certain nombre de femmes qui souhaitent accoucher dans un environnement moins médicalisé, le plan périnatalité 2005-2007 a préconisé l’expérimentation de Maisons de Naissance attenantes à des plateaux techniques.

    Une Maison de Naissance est un lieu d’accueil, de suivi et d’accouchement dans le cadre de la physiologie. Toutefois, la lecture des comptes-rendus du plan périnatalité fait apparaître un cahier des charges de plus en plus contraignant, éliminant d’emblée certains projets, jusqu’à ôter toute pertinence statistique aux paramètres pris en compte dans l’évaluation de cette expérimentation.

    Force est de constater que ces Maisons de Naissance se font attendre ! Sans parler des difficultés rencontrées par certaines Maternités confrontées à un grand nombre d’accouchements qui seraient ainsi soulagées des naissances pouvant avoir lieu en maison de naissance. La France est donc en retard. En Allemagne, il existe déjà plus de 120 maisons de naissance. Il en existe aux Etats-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Suisse, en Belgique…

    Le Groupe Naissance fédère une dizaine de praticiens expérimentés : sages-femmes, obstétriciens et psychologues. Il propose l’accompagnement global des futurs parents et le respect, tant que possible, de la physiologie dans un cadre parfaitement sécurisé pour la mère et l’enfant à naître. Cette structure, qui pratique environ 250 accouchements par an, offre une unité de lieu pour les consultations, les préparations, les groupes de parole, les accouchements… Elle est hébergée au neuvième étage de la Clinique Léonard de Vinci. Si le plan périnatalité 2005-2007 est resté lettre morte, le Groupe Naissances a, lui, vu le jour. Il ne peut présenter tous les critères d’une Maison de Naissance, néanmoins sa philosophie et ses pratiques s’en avèrent très proches.

    « Le respect de la réglementation actuelle nous a obligés à nous implanter non à proximité mais sur le lieu-même du plateau technique. Cette même législation en vigueur ne nous permet pas de pratiquer les accouchements à un étage différent de celui du plateau technique, mais nous gardons espoir que la législation évolue et que nos deux salles de naissance, aujourd’hui laissées à l’abandon, accueillent très vite les futures mères! »