Pays de santé : Une expérimentation lancée par Groupama et MSA en réponse à la désertification médicale des campagnes

    L’expérimentation d’une nouvelle organisation des soins de proximité, dans deux départements et pendant trois ans, en réponse à la désertification médicale qui menace certaines zones rurales. Après un diagnostic local des besoins de santé du territoire réalisé avec les professionnels de santé et la population, une palette de services « à la carte » sera proposée aux médecins afin de leur permettre de libérer du temps et de rendre plus attractif leur exercice.

    Avec Pays de santé, Groupama et la MSA, en étroite collaboration avec les communautés locales, relèvent un nouveau défi de santé publique. Un objectif : maintenir la qualité des soins en zones rurales, dans un cadre viable et pérenne.

    Des zones rurales menacées de devenir des déserts médicaux

    Sous l’effet combiné du départ en retraite de nombreux médecins généralistes , du faible attrait des zones non-urbaines pour les jeunes professionnels et des enjeux de soins liés au vieillissement plus prononcé de la population des campagnes (qui compte près d’un tiers de plus de 60 ans ), certaines zones rurales vont connaître dans les années à venir une raréfaction de leur offre de soins.

    Des solutions innovantes qui préfigurent la médecine de proximité de demain

    Pays de santé est une approche complémentaire des solutions déjà mises en place (incitations fiscales, Maisons de santé pluridisciplinaires, …).
    C’est une expérimentation à l’échelle locale de solutions d’avenir reposant sur la mutualisation de services et la collaboration entre professionnels de santé. De telles pratiques sont encore minoritaires dans les territoires ruraux : Pays de santé contribuera à les faciliter.
    – Un bouquet de services gratuits mis à la disposition des médecins par un professionnel de santé coordonnateur pour dégager du temps médical versus du temps administratif.
    – La collaboration entre professionnels de santé, médecins et paramédicaux, pour une prise en charge pluridisciplinaire des patients, particulièrement bénéfique en termes de prévention et de suivi des maladies chroniques.

    Quelques exemples de services

    – Une aide concrète pour les tâches administratives et la gestion du cabinet : recherche de remplaçants, renseignement des dossiers médico-administratifs, assistance pour la gestion des achats, mise à disposition de personnel mutualisé entre les professionnels de Santé…
    – La coordination pluridisciplinaire de tâches liées aux soins : suivi et éducation thérapeutique de certains patients chroniques, recherche de consultations spécialisées, réalisation d’examens complémentaires, séances d’éducation santé sur le surpoids réalisées par des diététiciens, etc

    Un dispositif conçu et animé avec les acteurs locaux, au plus près des besoins

    Le projet Pays de santé sera lancé dans deux départements au terme d’un diagnostic des besoins de santé conduit avec les patients, les médecins, les élus et les institutions locales. Cette radiographie préalable permettra de définir, avec les professionnels de santé et le support de la population, les services adaptés aux besoins locaux.
    C’est un Conseil de santé local, composé de représentants des parties prenantes, qui animera le projet d’expérimentation et son déploiement éventuel au terme des 3 ans.
    Ce groupe s’appuiera sur le Conseiller Pays de santé, chargé d’animer et de coordonner la palette de services. Ce rôle pivot sera assumé par un professionnel de santé paramédical.

    La Dordogne et les Ardennes : deux ” pays de santé ” pilotes

    Les pays de santé s’étendent sur 3 à 5 cantons, ils correspondent aux périmètres de patientèle de 8 à 20 médecins, soit 10 000 à 20 000 personnes. Ces territoires ont été choisis en fonction de leur démographie médicale fragilisée (un nombre de médecins de plus de 50 ans supérieur à la médiane régionale), mais aussi de la présence dans ces départements d’une dynamique positive et d’acteurs locaux susceptibles de porter le projet.

    Groupama et la MSA : un engagement de longue durée au service de la santé en zone rurale

    Groupama et MSA bénéficient des atouts nécessaires pour conduire un projet aussi ambitieux : leur implantation historique, le nombre très important de leurs assurés en zones rurales, leur réseau mutualiste de sociétaires/assurés, en font des interlocuteurs de proximité. Les deux partenaires bénéficient par ailleurs d’une expertise des projets d’expérimentations, qu’il s’agisse des groupes de qualité de médecins généralistes agissant sur des thèmes clés (sevrage des benzodiazépines, surconsommation d’antibiotiques, mal de dos, actions de dépistage), ou de l’offre de soins (réseaux de santé gérontologiques, Maisons de Santé Rurales), ou encore des pratiques collaboratives (délégations de tâches, Education thérapeutique). Ils se positionnent avant tout comme des facilitateurs, à l’initiative de projets qui ont vocation à être pérennisés par les partenaires locaux.

    Une initiative remarquée et encouragée par la Ministre de la santé

    Sur le projet “Pays de santé”, Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la santé et des sports a déclaré le 29 janvier 2009 :

    “Je félicite les promoteurs de l’opération Pays de santé pour cette initiative qui va complètement dans le sens de la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoire. En lançant ce projet, la MSA et Groupama préfigurent la nouvelle organisation coordonnée des soins en partant des véritables besoins sur le terrain.
    L’accès aux soins est un enjeu majeur du principe de l’égalité républicaine. Je compte sur la MSA et Groupama pour promouvoir ce beau projet. A nous de travailler tous ensemble pour rendre le meilleur service de santé à nos concitoyens”.