Partenariat / Tourisme spatial : Allianz Global Assistance s’empare du marché de l’espace

Les vols spatiaux commerciaux et de fait, le marché du tourisme suborbital se développent de manière irrémédiable. C’est en tout cas ce que prédit le partenariat entre Allianz Global Assistance et l’ISTA, l’International Space Transport Association.

Le leader mondial de l’assistance voyage s’attaque à un nouveau marché : celui du périple dans les étoiles. Alors que les premiers vols sont prévus d’ici octobre 2012, ce nouveau produit d’assurance sera proposé aux 430 personnes qui ont déjà réservé un voyage. Il comporte des couvertures annulation de voyage, perte ou dommage aux bagages, assistance médicale ou soutien psychologique.

300.000 personnes voyageront dans l’espace en 2015

« L’objectif est de vendre ce produit aux 300.000 personnes qui voyageront dans l’espace en 2015 selon les statistiques de l’ISTA » projette Erick Morazin, directeur des grands comptes internationaux chez Allianz Global Assistance, contacté par News Assurances. 

 « Chez Allianz Global Assistance, nous considérons le tourisme spatial comme un nouveau marché pour une nouvelle génération de voyageurs. Notre partenariat avec l’International Space Transport Association (ISTA) démontre notre soutien et l’intérêt que nous portons à l’industrie du voyage spatial » déclarait-il déjà dans un communiqué.

La question est surtout de savoir comment s’estime le risque du tourisme spatial : « Il faut différencier les éléments de l’assurance voyage dans l’espace et le risque d’annulation (du Space Training ou du voyage lui-même), du risque d’assistance avant ou après le voyage (ou le training). Le voyage dans l’espace n’est pas plus risqué qu’un autre voyage pour peu qu’il soit opéré par une compagnie sérieuse. L’important pour Allianz-assistance sera de bien choisir ses partenaires », selon Erick Morazin.

La somme à couvrir sera de 20.000 dollars d’ici 4 ou 5 ans

Concernant le prix d’une telle assurance, Allianz Global Assistance précise qu’un vol spatial coute aujourd’hui  200.000 dollars et que  l’objectif de compagnies comme Virgin Galactic est de travailler à la réduction de ces prix par le biais d’une augmentation des capacités.

Dans 4 ou 5 ans, le prix d’un voyage dans l’infini pourrait alors être inférieur à 50 000 dollars : « Pour toute réservation, un acompte de 20 000 dollars est demandé par l’opérateur. C’est donc au maximum la somme qu’il faudra couvrir avec une assurance annulation. Cette somme, quoique dans la tranche haute de nos assurances annulation aujourd’hui pour des voyages « sur terre » reste un risque tout à fait gérable pour Allianz Global Assistance », selon Erick Morazin.