OPA : Foncière Paris France pas satisfaite de l’offre d’Allianz et Covea

    Le conseil d’administration de Foncière Paris France a estimé jeudi que le prix de l’offre publique d’achat (OPA) d’Allianz et Covea était « sous-évalué ». 

    Foncière Paris France va demander à Détroyat et Associés, en sa qualité d’expert indépendant, « d’établir un rapport complémentaire afin d’apprécier ces nouvelles conditions financières », mais estime « d’ores et déjà que ce prix reste sous-évalué », selon un communiqué.

    Vendredi dernier, PHRV avait relevé de 10% son offre, déposée finalement mardi sur Foncière Paris France, à 110 euros/action, dans l’espoir d’amadouer la direction de la foncière qui jugeait leur proposition initiale à 100 euros insuffisante.

    A 12H15 (10H15 GMT), l’action Foncière Paris France baissait de 0,03% à 109,96 euros à la Bourse de Paris. Le nouveau prix proposé par PHRV valorise l’ensemble de la société autour de 190M d’euros.

    Par ailleurs, le conseil d’administration de PHRV, dans sa majorité, considère que la suppression du seuil de réussite fixé à 50,01% du capital « expose la société à une prise de contrôle rampante au détriment des intérêts de l’ensemble des autres actionnaires », ajoute le communiqué.

    Le conseil administration de Foncière Paris France annonce par ailleurs qu’il proposera à l’assemblée générale extraordinaire du 8 décembre « l’émission de bons d’offre à titre gratuit, dits « bons Breton », afin de préserver les intérêts financiers de tous les actionnaires et d’aboutir à un relèvement de cette offre publique qui ne reflète pas la valeur intrinsèque » de la société.

    Le 16 novembre, en réponse à l’offre hostile d’Allianz et Covea, le conseil d’administration de Foncière Paris France avait déjà proposé une offre publique de rachat des actions (OPRA) portant sur 25% du capital au prix de 117 euros par action qui sera aussi soumise au vote des actionnaires le 8 décembre.

    PHRV est une société holding détenue à 31,4% chacun par Allianz et Covea (la structure chapeautant la Maaf, MMA et la GMF) et à 31,1% par la société cotée Cofitem-Cofimur, elle-même dans l’orbite des deux assureurs. Avant même le lancement de son offre, ce trio détenait plus de 24% du capital de la foncière, via Cofitem-Cofidur (18,52%) et PHRV (5,85%).

    (Avec AFP)