OCBC rachète les activités banque privée d’ING en Asie

    Le groupe bancaire singapourien Oversea-Chinese Banking (OCBC) a annoncé jeudi l’acquisition des activités de banque privée du bancassureur néerlandais ING en Asie pour 1,46 milliard de dollars.

    “OCBC Bank a annoncé aujourd’hui être parvenue à un accord avec ING Bank N.V. pour acquérir ses activités de banque privée en Asie (…) pour 1,463 milliard de dollars américains en liquide”, a indiqué la banque de Singapour dans un communiqué.

    Les actifs d’ING visés comprennent ING Asia Private Bank, basée à Singapour, et ses filiales dans la région. L’opération va ainsi permettre à OCBC de se renforcer sur des marchés clés comme la Chine, l’Inde, l’Asie du Nord, selon le communiqué.

    “Avec cette acquisition, nous avons une présence accrue dans le segment banque privée”, a déclaré David Conner, directeur général de OCBC, dans un communiqué.

    Cette acquisition va permettre à OCBC de “plus que tripler à 23 milliards de dollars américains son portefeuille d’actifs détenus par des clients privés”, a précisé la banque.

    “La gestion de fortune a toujours été un secteur qui a fait la force d’OCBC”, a ajouté M. Conner. OCBC va récupérer 5.000 clients d’ING représentant des actifs de 15,8 milliards de dollars américains.

    L’Asie est le marché le plus actif dans le monde pour les services de banque privée, avec des actifs qui devraient croître de 12,8% par an d’ici à 2013, selon OCBC.

    Pour Tay Chin seng, analyste chez Macquarie Capital Securities, il est encore trop tôt pour dire quel sera l’impact de cette acquisition sur le résultat d’OCBC.

    “La question est de savoir dans quelle mesure cela va accroître le volume d’affaires”, a-t-il indiqué. Une autre banque de Singapour, DBS, avait fait part de son intérêt pour ING, mais avait annoncé mardi qu’elle renonçait.

    La presse avait annoncé fin juillet qu’ING entendait vendre ses activités de banque privée, qui gèrent un patrimoine privé d’environ 60 milliards d’euros en Europe et en Asie.

    ING, touchée par la crise financière, a bénéficié en octobre 2008 d’une injection de capital de 10 milliards d’euros de l’Etat néerlandais. Le groupe avait alors annoncé qu’il allait se restructurer, en supprimant 7.000 emplois, et qu’il allait se concentrer sur ses activités d’épargne et d’investissement.

    SINGAPOUR, 15 oct 2009 (AFP)