Notation : La Coface dégrade les notes de la Grèce et de Chypre

L’assureur-crédit français Coface a annoncé mardi avoir dégradé les notes de risque de la Grèce et de Chypre, en raison de l’impact de la crise de la dette sur les entreprises de ces pays. 

La note trimestrielle de risque de la Grèce a baissé de A4 à B, et celle de Chypre de A3 à A4, indique l’assureur-crédit dans un communiqué. “Le risque chypriote augmente en raison de l’exposition de son secteur bancaire au risque grec”, précise la Coface.

Les notes “environnement des affaires” de la Grèce et de Chypre ont également baissé à A3, ce qui place ces pays parmi les plus mal notés de l’Union européenne juste devant la Roumanie et la Bulgarie (A4). “Le crédit bancaire est plus rare et plus cher pour les entreprises” en Grèce en raison de la crise de la dette, et “l’environnement macroéconomique se dégrade avec la confirmation de la récession”, explique la Coface.

En outre, “les entreprises souffrent de l’austérité budgétaire et pourraient dans certains cas subir des retards de paiement de la part de l’administration”, ajoute l’assureur-crédit, qui indique avoir enregistré à cet égard “une dégradation de son expérience de paiement sur les entreprises grecques en 2011”.

En ce qui concerne l’environnement des affaires en Grèce, la Coface “constate un accès difficile aux données financières et une détérioration du comportement de paiement des entreprises, ce qui laisse augurer de difficultés accrues en matière de recouvrement de créances”, tandis que Chypre “se distingue aussi par un système bancaire opaque”.

La note environnement des affaires du Bahreïn est également dégradée en raison d’une “forte détérioration de l’accessibilité des données financières”.

A l’inverse, la Coface a révisé à la hausse plusieurs notes environnement des affaires en Europe centrale, en Afrique et en Amérique latine.

En Europe centrale, la Coface note “une nette amélioration du climat des affaires” en Pologne (de A3 à A2), en Lituanie (de A3 à A2) et en Macédoine (de C en B), avec une “amélioration de l’accès aux données financières des entreprises”.

La Pologne et la Lituanie ont bénéficié “de la mise en oeuvre du processus d’intégration à l’Union européenne”: la Lituanie “a pu renforcer le développement de ses infrastructures” tandis que la Pologne bénéficie d’une “simplification des procédures administratives, du système fiscal et d’une meilleure supervision du système bancaire”, selon l’assureur-crédit.
La Macédoine, qui a vocation à entrer dans l’Union européenne, “a engagé des efforts considérables en matière de gouvernance, de diminution de la corruption et de respect de la loi”.

En Amérique latine, la Coface relève la note de la Colombie, où elle constate “une fiabilité accrue des informations financières”.
En Afrique, les notes du Ghana, du Mozambique et de la Tanzanie sont relevées grâce aux “progrès réalisés en matière de lutte contre la corruption”.

Avec AFP