Notation : Groupama cesse la notation par Standard and Poor’s mais poursuit avec Fitch Ratings

Groupama a annoncé ce matin avoir demandé à Standard and Poor’s de ne plus le noter. L’assureur mutualiste conservera une seule notation financière, celle de Fitch Ratings.

Groupama a-t-il encore besoin d’être noté ? Ce n’est normalement plus le cas. En mars dernier, lors de l’annonce de ses résultats, l’assureur mutualiste avait annoncé qu’en marge des économies à réaliser, la question de la notation se poserait après les cessions de quelques entités soumises à cette notation dans leurs activités. C’était par exemple le cas des assureurs spécialisés Gan Eurocourtage (à Allianz), Groupama Transport (à Helvetia) et la filiale britannique Groupama UK (à Ageas).

A quelques semaines de la fin d’année 2012, Groupama a donc décidé d’arrêter au moins l’une des notations, celle attribuée par Standard and Poor’s. L’agence américaine avait été l’une des premières, en 2010 et 2011, à sanctionner le groupe suite à l’effritement de sa marge de solvabilité. L’agence avait même encore baissé la note, passée en catégorie spéculative, en octobre.

Il restera pourtant une agence pour noter Groupama et il s’agira de Fitch Ratings. Cette dernière sera la seule à attribuer une note à l’assureur dans les mois à venir. Dans une interview à l’AFP, qui annonçait cette décision avant un communiqué de Groupama, Thierry Martel, le directeur général, explique la conservation d’une notation qui n’est plus obligatoire. « Nous n’avons pas voulu donner l’impression d’un repli sur nous ou de choisir l’opacité. C’est le propre de tout groupe mutualiste d’être transparent. » Et pourquoi Fitch Ratings ? « Fitch était la moins chère des deux. Il y avait aussi le critère de la relation quotidienne, une qualité de dialogue, une disponibilité de Fitch qui étaient légèrement supérieures » explique le DG qui avance que la notation se chiffre « en centaines de milliers d’euros ».