Net ralentissement de l’épargne retraite en 2007

    Le rythme de progression de l’épargne retraite en France a ralenti en 2007 par rapport à 2006, tant sur le plan des cotisations que du nombre de personnes couvertes, selon une étude publiée vendredi par la Drees (direction des études des ministères de l’Emploi et de la Santé).

    Les cotisations ont augmenté de 10% sur un an, contre 13% entre 2005 et 2006. Au total, les sommes déposées s’élevaient à 104,2 milliards d’euros fin 2007. Le ralentissement est en grande partie dû à celui des deux produits phares créés en 2003 par la loi Fillon sur les retraites, le Plan d’épargne retraite populaire (Perp), souscrits à titre individuel, et le Plan d’épargne pour la retraite collective (Perco), contrat collectif institué dans le cadre d’une entreprise.

    Après avoir progressé de 17% en 2006, les cotisations au titre du Perp n’ont connu qu’une hausse de 7%, tandis que celles effectuées sur des Perco ont augmenté de 77%, contre 85% l’année précédente. A fin 2007, 1,994 million de personnes étaient couvertes par un Perp et 334.000 par un Perco, le rythme de progression étant nettement freiné dans les deux cas par rapport à 2006 et 2005.

    Selon les auteurs de l’étude, les souscriptions de Perp “atteignent vraisemblablement un seuil”, après les fortes hausses constatées lors des années qui ont suivi sa création. La hausse du nombre de contrats dits “Madelin”, réservés aux professions indépendantes, a également accusé un ralentissement, pour atteindre un million fin 2007.

    Quant aux prestations versées au titre des plans d’épargne retraite, elles étaient de 3,9 milliards d’euros en 2007, ce qui équivaut à 1,6% des retraites versées par les régimes de retraite obligatoires par répartition.

    AFP